Prêt travaux pas cher, aucun frais de dossier, réponse immédiate (novembre 2019)

Besoin d'argent rapidement ? Meilleurs taux pour réaliser vos envies. Demandez votre prêt travaux en toute liberté. Demande gratuite, réponse immédiate !

SociétéRangMontant minMontant maxDurée minDurée maxTAEG minTAEG maxFrais dossier
Cofidis crédit travaux 
Cofidis
Élu Service Client de l’Année 2020(1)
1500 €35 000 €6 mois84 mois1,00%21,02%0 €
Cetelem crédit travaux 
Cetelem
2500 €75 000 €6 mois96 mois1,00%21,03%0 €
Cofinoga crédit travaux 
Cofinoga
3500 €75 000 €6 mois96 mois1,00%21,03%0 €
Banque Casino crédit travaux 
Banque Casino
43 000 €40 000 €6 mois84 mois2,20%12,48%0 €
Franfinance crédit travaux 
Franfinance
51 500 €75 000 €12 mois120 mois0,90%19,90%0 €
Younited Credit crédit travaux 
Younited Credit
Obtenez un prêt en moins de 24h(2)
61 000 €50 000 €6 mois84 mois0,70%17,49%0 €
SociétéRangMontant minMontant maxDurée minDurée maxTAEG minTAEG maxFrais dossier
SociétéRangMontant minimumMontant maximumDurée minimumDurée maximumTAEG minimumTAEG maximumFrais de dossier
Cofidis crédit travaux Cofidis
Élu Service Client de l’Année 2020(1)
1500 €35 000 €6 mois84 mois1,00%21,02%0 €
Cetelem crédit travaux Cetelem2500 €75 000 €6 mois96 mois1,00%21,03%0 €
Cofinoga crédit travaux Cofinoga3500 €75 000 €6 mois96 mois1,00%21,03%0 €
Banque Casino crédit travaux Banque Casino43 000 €40 000 €6 mois84 mois2,20%12,48%0 €
Franfinance crédit travaux Franfinance51 500 €75 000 €12 mois120 mois0,90%19,90%0 €
Younited Credit crédit travaux Younited Credit
Obtenez un prêt en moins de 24h(2)
61 000 €50 000 €6 mois84 mois0,70%17,49%0 €
Carrefour Banque crédit travaux Carrefour Banque73 000 €50 000 €12 mois84 mois1,20%10,50%0 €
Financo crédit travaux Financo85 500 €30 000 €12 mois120 mois2,00%8,86%0 €
La Banque Postale crédit travaux La Banque Postale91 500 €75 000 €12 mois144 mois0,99%9,65%20 € à 140 €
Sofinco crédit travaux Sofinco103 800 €75 000 €36 mois120 mois3,90%9,90%0 €
Oney Bank crédit travaux Oney Bank111 000 €21 500 €12 mois84 mois0,90%20,50%0 €
Groupama crédit travaux Groupama123 000 €50 000 €12 mois72 mois0,95%4,95%0 €
GMF crédit travaux GMF133 000 €46 000 €12 mois120 mois2,50%5,90%0 €
CSF crédit travaux CSF141 500 €46 000 €12 mois120 mois2,90%5,75%0 €
MAAF crédit travaux MAAF153 000 €75 000 €12 mois120 moisNCNC0 €
BforBank crédit travaux BforBank163 500 €46 000 €12 mois120 moisNCNC0 €
BNP Paribas crédit travaux BNP Paribas17760 €75 000 €4 mois108 moisNCNC0 €
AXA Banque crédit travaux AXA Banque183 000 €75 000 €12 mois84 moisNCNC0 €
CIC crédit travaux CIC191 000 €50 000 €6 mois120 moisNCNC0 €
Macif crédit travaux Macif201 500 €30 000 €6 mois120 moisNCNC0 €
Boursorama crédit travaux Boursorama215 000 €75 000 €12 mois120 moisNCNC0 €
Milleis Banque crédit travaux Milleis Banque223 000 €75 000 €12 mois120 moisNCNC0 €
Crédit Coopératif crédit travaux Crédit Coopératif231 500 €75 000 €12 mois240 moisNCNC0 €
CASDEN crédit travaux CASDEN245 000 €75 000 €12 mois240 moisNCNC0 €
Caisse d’Epargne crédit travaux Caisse d’Epargne251 000 €75 000 €4 mois120 moisNCNC0 €
HSBC crédit travaux HSBC26NCNCNCNCNCNC0 €
LCL crédit travaux LCL273 000 €75 000 €12 mois84 moisNCNC1% (min 60 €)
Société Générale crédit travaux Société Générale281 000 €35 000 €12 mois84 moisNCNC1% (50 à 120 €)
BRED crédit travaux BRED291 000 €NC12 mois180 moisNCNCNC

(1) Élu Service Client de l’Année 2012, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020 dans la catégorie « Organisme de crédit ». Cofidis est le premier de sa catégorie sur les canaux téléphone, e-mail, navigation internet, chat et Facebook.
(2) À réception de votre dossier complet, Younited Credit peut vous faire une réponse dans les 24h ouvrées par SMS dans le cas d’une acceptation, et par email dans le cas d’un refus.






Le prêt travaux : définition, fonctionnement et évaluation des offres


Après un nouvel emménagement, on peut vouloir faire quelques travaux afin de rendre le cadre plus convivial. Il est aussi possible que des travaux de rénovation s'imposent dans une maison qui prend de l'âge. Pour financer ces travaux, on peut décider de puiser dans ses épargnes ou de recourir à un crédit. Dans ce dernier cas, le crédit le plus sollicité est le prêt travaux. Plusieurs ménages n'hésitent pas à se tourner vers les organismes spécialisés pour l'obtenir. Cependant, il est important de ne pas se lancer à l'aveuglette. Comprendre le crédit travaux est primordial pour choisir celui qui est adapté au projet à réaliser. Les démarches de l'emprunteur pour l'obtenir doivent lui permettre également de décrocher un prêt avec les meilleures conditions et au meilleur taux. Suivez ce guide qui passe en revue tous les aspects du crédit travaux pour savoir à quoi vous en tenir.

Le crédit travaux : quèsaco ?


Avez-vous envie d'effectuer des travaux de rénovation ou d'aménagement dans votre maison ou dans votre appartement ? Le logement concerné peut être une résidence principale ou une résidence secondaire. Les logements locatifs ne sont également pas exclus. Qu'il s'agisse de la cuisine, de la salle de bain ou de toute autre partie de votre habitat, le crédit travaux est le prêt idéal pour financer vos travaux. Il s'agit d'une typologie de prêt qui appartient à la grande famille des crédits à la consommation. L'expression « prêt travaux » est donc une appellation commerciale qui englobe dans les faits, tous les crédits à la consommation que vous pouvez contracter pour financer vos divers travaux à domicile.

Quels sont les travaux éligibles ?


Le crédit travaux est aussi adapté pour une simple rénovation dans votre maison que pour de gros œuvres. Que vous soyez propriétaire ou locataire, vous pouvez donc l'utiliser pour des travaux de première nécessité ou de confort. En pratique, voici une liste des travaux éligibles pour ce type de crédit :
  • Les travaux d'agrandissement ;
  • Les travaux d'aménagement (creuser une piscine, installer une fenêtre de toit, installer une terrasse en bois, transformer le grenier en espace habitable...) ;
  • Les travaux d'entretien (plomberie, maçonnerie, électricité, menuiserie…) ;
  • Les travaux de rénovation (la réparation de la toiture, la réparation d'une vitre cassée, le remplacement de l'isolation des murs et des combles, la pose d'un nouveau carrelage…) ;
  • Les travaux de décoration…

Que dit la loi sur le crédit travaux ?


En tant que crédit à la consommation, le prêt travaux se conforme aux diverses dispositions en vigueur pour cette catégorie de crédit. Ainsi, les limites et les plafonds classiques restent de vigueur. Le montant que vous pouvez solliciter est donc limité à 75 000 euros. De plus, son octroi est fondamentalement conditionné par la solvabilité du demandeur. Lorsque les conditions sont réunies, la signature du contrat doit se faire obligatoirement précéder d'une offre. C'est cette offre qui présente à l'emprunteur toutes les caractéristiques exactes du crédit qu'il veut souscrire. En pratique, vous devez y retrouver les informations suivantes :
  • Le montant du crédit ;
  • Le taux d'intérêt ;
  • Le montant des mensualités ;
  • La durée et la périodicité de remboursement…
Les clauses suspensives ainsi que les modalités du règlement anticipé doivent aussi figurer sur cette offre préalable. Selon la législation, l'emprunteur a aussi droit à un délai de rétractation. Durant cette période de 14 jours calendaires, il peut renoncer au prêt sans avoir à payer une quelconque pénalité. Il n'est également pas tenu de faire connaître les raisons de sa rétractation à l'établissement de crédit. Par ailleurs, le remboursement anticipé du crédit travaux à hauteur de 10 000 euros sur un an n'est sujet à aucune pénalité. Mais, au-delà de ce montant, l'établissement de crédit peut réclamer une indemnité.

Il est bien de connaître les limites légales du prêt travaux. Cependant, le facteur le plus important est la détermination du montant que vous pouvez sereinement emprunter. En effet, le montant sollicité ne doit pas faire basculer votre situation financière dans le rouge. Pour ce faire, l'établissement de crédit devra vérifier votre capacité d'endettement avant de vous accorder le prêt. Le taux d'endettement maximal généralement considéré est de 33%. Autrement dit, le cumul de toutes les mensualités de vos crédits en cours, additionné de la nouvelle mensualité, ne doit pas excéder 33% de vos revenus. Cependant, les établissements prêteurs ne tiennent pas compte seulement de ce ratio. Certains utilisent en complément d'autres indicateurs efficients qui rendent meilleure l'étude du dossier de l'emprunteur. Le reste à vivre est notamment l'indicateur le plus utilisé.

Quels sont les différents types de prêts travaux ?


Avant de faire le tour du sujet, il est bien de savoir qu'il existe deux grandes catégories de crédit travaux. D'un côté, on distingue les crédits travaux classiques. Ce sont des prêts proposés par les divers établissements de crédit. D'un autre côté, on distingue les prêts travaux aidés. Ces derniers peuvent être aussi contractés auprès des organismes de crédit. Cependant, ces prêts aidés sont mis en place par l'État qui a signé un accord avec ces organismes.

Les crédits travaux classiques


Les prêts travaux classiques sont fort diversifiés. On en retrouve une multitude sur le marché, et chacun correspond à un besoin précis. Vous choisirez en fonction de vos attentes et du montant des opérations.

Le prêt personnel non affecté


Apprécié des consommateurs, le prêt personnel non affecté consiste en une somme librement utilisable. La flexibilité de cette formule est le facteur qui justifie son engouement auprès des particuliers. Aucune justification de l'affectation des fonds n'est demandée à l'emprunteur. Vous pouvez donc le contracter et l'utiliser pour financer des travaux dans votre logis.

Ce type de prêt est adapté pour ceux qui désirent effectuer les travaux eux-mêmes. En réalité, pour souscrire au prêt personnel non affecté, aucune facture des matériaux achetés n'est réclamée. Il en est de même pour la main-d'œuvre. Nombreux sont ceux qui optent également pour ce crédit à cause de la rapidité du déblocage des fonds. En effet, dès la signature du prêt, l'argent est aussitôt mis à votre disposition. Toutefois, il faut noter que le taux d'intérêt du prêt personnel sans justificatif est plus élevé que celui du prêt affecté. De fait, le risque que prend l'établissement prêteur est plus élevé puisqu'aucun document justificatif des travaux ne lui est présenté.

Le prêt affecté


Le prêt affecté est le crédit travaux de référence. De façon formelle, on parle plutôt de crédit affecté à la réalisation de travaux. Pour ce prêt, la somme accordée dépend rigoureusement du montant des ouvrages. En effet, le crédit doit être utilisé spécialement pour un projet précis. Aucune autre destination n'est envisageable pour la somme reçue. Pour ce faire, l'organisme prêteur vous réclame les pièces justificatives des travaux à effectuer. En pratique, vous devez lui présenter les devis ainsi que les factures de l'entreprise, du professionnel ou de l'artisan choisi pour effectuer les travaux.

De plus, le prêt affecté constitue une solution sur mesure qui protège l'emprunteur. Contrairement au prêt personnel sans justificatif, il est possible d'annuler le contrat d'un prêt affecté lorsque le prestataire ne respecte pas ses engagements. Pour ce type de prêt, les fonds sont versés en une fois, et le taux appliqué est généralement inférieur à celui du prêt personnel non affecté. Cependant, pour l'un ou l'autre de ces prêts, la durée de remboursement doit être supérieure à 3 mois. Il peut cependant atteindre 5 ans, voire 10 ans.

Le crédit renouvelable


Le crédit renouvelable s'accorde sous forme de réserve d'argent. Il est toujours disponible après souscription, de sorte que l'emprunteur peut y puiser à tout moment. Sa particularité est qu'il se reconstitue après chaque remboursement des montants consommés. Il est souvent associé à une carte de fidélité, de paiement ou de retrait. Si ce crédit s'obtient très rapidement, il faut noter que les établissements financiers lui appliquent des taux très élevés.

Le crédit renouvelable encore appelé crédit revolving est un prêt sans justificatif. Donc, le souscripteur peut se servir de l'argent obtenu pour financer des travaux. Néanmoins, il n'est pas conseillé de contracter un prêt revolving comme crédit travaux à cause de ses caractéristiques défavorables.

Le regroupement de crédit


Une autre solution pour financer des travaux est le regroupement de crédit. Les emprunteurs qui y songent ne sont guère nombreux. Pourtant, vous pouvez profiter du rachat de vos crédits en cours pour financer des travaux dans votre maison. Le rachat de crédit permet en effet au particulier de se retrouver avec un seul crédit qui regroupe tous les autres. Désormais, ce dernier n'aura qu'à rembourser des mensualités réduites pour ce seul crédit, mais sur une période plus longue. Cette stratégie permet à l'emprunteur de réajuster les mensualités à ses capacités financières.

Pendant l'opération, l'emprunteur peut solliciter un financement complémentaire auprès de l'établissement de rachat. Ce financement correspondra au montant des travaux à réaliser. Cependant, l'établissement peut refuser d'accorder le financement si la situation financière du demandeur ne s'y prête pas. Dans tous les cas, vous ne perdez rien à essayer cette option si vous avez différents prêts en cours.

L'emprunt immobilier


Le prêt immobilier ne peut être utilisé que pour financer deux types de projets. Il s'agit de l'acquisition d'un bien immobilier et la réalisation des travaux. Cela dit, la condition requise pour qualifier ce financement d'emprunt immobilier est que son montant soit supérieur à 75 000 euros. Ainsi, le crédit travaux adapté pour des projets dont le montant dépasse 75 000 euros est le prêt immobilier. Ce dernier présente plusieurs avantages, dont :
  • L'application d'un taux bas ;
  • Une durée de remboursement pouvant aller jusqu'à 30 ans.
Cependant, ce type de crédit nécessite souvent une garantie. Généralement, le prêteur réclame l'une des garanties suivantes :
  • Une caution bancaire ;
  • Une caution mutuelle ;
  • Une hypothèque sur le bien immobilier concerné par les travaux ;
  • Un nantissement.

Les prêts aidés pour financer divers travaux


Avant d'aborder les détails sur les prêts travaux aidés, il faut noter qu'ils sont tous accordables sous conditions. Ces exigences concernent généralement :
  • Le plafonnement des ressources ;
  • La nature du logement ;
  • La capacité financière des ménages ;
  • La performance énergétique du bâtiment…
Pour ces raisons, leurs taux sont habituellement plus bas que ceux des prêts travaux classiques. Il est d'ailleurs possible de contracter des prêts aidés dont les taux sont nuls.

Le prêt travaux à taux zéro (PTZ)


Comme son nom l'indique, le prêt à taux zéro vous permet d'avoir un financement dont le remboursement est perçu sans intérêt. Vous remboursez uniquement le capital obtenu. C'est un prêt qui favorise l'accès au logement à de nombreux Français. Il sert à financer :
  • L'acquisition d'un logement ;
  • La réalisation des travaux sur un logement neuf ou un logement social existant ;
  • La réalisation des travaux sur des locaux commerciaux à transformer en logement ;
  • La réalisation des travaux sur des biens immobiliers anciens qui nécessitent d'être rénovés.

L'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ)


L'éco-PTZ est aussi un prêt sans intérêt accordé aux propriétaires et aux copropriétaires. Seuls les logements achevés avant 1990 sont éligibles pour l'éco-prêt à taux zéro. Il est notamment accordé pour des travaux de rénovation énergétique. Il existe une liste officielle qui retrace les travaux spécifiques auxquels ce prêt est destiné. De plus, les travaux doivent être réalisés par des professionnels. Les montants accordés varient de 10 000 à 30 000 euros, et aucune condition de revenus n'est exigée. Le montant obtenu peut être remboursé sur une période allant de 3 à 10 ans. Ce délai peut cependant s'étendre à 15 ans dans certains cas.

Le prêt d'accession sociale (PAS)


Le prêt d'accession social est un crédit aidé réservé au financement des travaux d'économie d'énergie. Il est d'un montant de 4 000 euros et est valable pour des travaux dans une résidence principale. S'adressant aux ménages modestes, ce crédit peut servir à l'achat ou à la construction d'un nouvel habitat. Toutefois, il n'est pas interdit de l'utiliser pour acquérir un bien ancien qui nécessite des travaux.

Le CITE, un crédit octroyé pour la transition énergétique


Plafonné à 8 000 euros par an pour une personne, le Crédit Impôts pour la Transition Énergétique (CITE) permet aux ménages d'améliorer la performance énergétique de leur logement. Il est de 16 000 euros pour un couple. Ses possibilités d'applications sont diversifiées, et il est accessible aussi bien aux propriétaires qu'aux locataires. Il existe cependant une liste d'équipements à laquelle il faudra se conformer pour avoir ce crédit.

Le prêt conventionné


Ce prêt s'inscrit généralement dans le même cadre que le PAS. Il peut donc servir à financer des travaux qui visent la réduction de la consommation énergétique du logement. Cependant, vous pouvez aussi l'utiliser pour acquérir un bien immobilier ou réaliser des travaux de rénovation. Accordé sans condition de ressources, il est possible de le rembourser sur 5 à 35 ans selon les situations.

De plus, le prêt conventionné ne nécessite aucun apport personnel. Vous pouvez donc l'utiliser pour financer la totalité des travaux. Il est également facile d'accès, et les taux appliqués sont généralement intéressants. En pratique, le taux d'intérêt d'un prêt conventionné, contracté sur une durée inférieure ou égale à 12 ans, ne peut excéder 3,25%. En outre, les frais de dossier ainsi que les frais d'actes notariés sont réduits pour ce type de crédit.

Le prêt à l'amélioration de l'habitat


Ce prêt peut être sollicité par tout ménage qui perçoit une allocation familiale. Toutefois, ceux qui reçoivent les aides suivantes ne sont pas concernés :
  • L'allocation aux adultes handicapés ;
  • L'allocation de logement pour personnes sans enfant ;
  • L'aide personnalisée au logement.
D'un taux de 1%, le prêt à l'amélioration de l'habitat ne peut servir qu'au financement des travaux dans votre résidence principale. Il s'obtient sans condition de ressources. Cependant, les prêts sont limités, ce qui fait que parfois on tient compte de ces conditions pour accorder le crédit aux demandeurs. Étant fonction du coût des travaux, il peut atteindre 80% des dépenses prévisionnelles. Néanmoins, le montant accordé ne peut pas dépasser 1 067,14 euros. Vous recevez la moitié du prêt à la signature du contrat en présentant le devis des travaux. L'autre moitié vous est cédée sur présentation des factures qui justifient l'exécution desdits travaux.

Le plan épargne logement (PEL)


Le plan épargne logement peut être utilisé pour solliciter un prêt avec un taux privilégié. En plus, vous pouvez obtenir une prime d'État. Cela dit, pour bénéficier de ces avantages, vous devez satisfaire certaines conditions comme avoir ouvert votre PEL avant 2018. De plus, l'obtention du prêt est nécessairement précédée d'une période d'épargne minimale de 4 ans. Avec le PEL, un membre de votre famille peut vous céder ses droits à prêt. Ainsi, vous pouvez solliciter un montant d'emprunt plus élevé en cumulant ces droits aux vôtres. Mais, les travaux à réaliser doivent concerner votre résidence principale.

Le prêt de l'Agence Nationale de l'Habitat (ANAH)


Le prêt accordé par l'ANAH s'inscrit dans le cadre d'un programme intitulé « Habiter Mieux ». Il s'agit d'une aide financière qui s'applique pour certains travaux dont le but est :
  • L'amélioration du gain énergétique de l'habitat ;
  • L'amélioration de la sécurité ou de la salubrité du logement ;
  • L'adaptation du logement aux personnes handicapées.
Ce crédit est plafonné à 20 000 euros ou 30 000 euros selon les travaux. Vous devez justifier que la réduction énergétique recherchée est d'au moins 25% avant de l'obtenir. Ce prêt est destiné aux ménages modestes et s'applique à des travaux dans une résidence principale vieille d'au moins 15 ans.

Le prêt des fournisseurs d'énergie


Les fournisseurs d'électricité et de gaz offrent aussi des prêts écologiques aux particuliers pour encourager la performance énergétique dans les logements. D'un montant d'emprunt pouvant varier de 10 000 à 30 000 euros, le taux appliqué est inférieur à 3%.

Les avantages et inconvénients liés aux prêts travaux


Puisqu'il existe une multitude de crédits travaux, ses avantages ainsi que ses inconvénients sont les mêmes que ceux du crédit choisi. Cependant, il est possible de regrouper ces atouts et ces désavantages du crédit travaux pour en avoir un meilleur aperçu.

Les avantages du crédit travaux


Parmi les nombreux avantages qu'offre le crédit travaux aux particuliers, nous pouvons citer :
  • La possibilité de cumuler ce prêt avec le PTZ et autres crédits travaux ;
  • La déductibilité d'impôt du crédit travaux en fonction du type de prêt ;
  • L'adaptation à tout type de travaux dans un logement ;
  • La facilité d'obtention d'un prêt personnel sans justificatif pour effectuer des travaux dans son logement ;
  • Le meilleur taux appliqué à un crédit affecté pour travaux ;
  • L'annulation automatique du prêt affecté en cas de non-réalisation des travaux prévus ;
  • Le coût avantageux des prêts aidés…

Les inconvénients du prêt travaux


Malgré les avantages, les crédits travaux ne sont pas exempts d'inconvénients. Voici une liste non exhaustive des inconvénients souvent notés pour ce type de prêt :
  • L'obligation de fournir tous les documents justificatifs des travaux à effectuer pour l'obtention d'un crédit affecté (la marge de manœuvre de l'emprunteur est limitée, bien qu'un projet de rénovation s'accompagne généralement d'imprévus qu'il faudra aussi financer) ;
  • L'impossibilité de solliciter un prêt personnel d'un montant supérieur à 75 000 euros pour réaliser des travaux ;
  • La lourdeur des formalités administratives liées aux prêts aidés…

Comment trouver les organismes qui offrent le crédit travaux ?


Grâce à internet, l'univers des crédits à la consommation a connu une grande révolution. Depuis, les établissements spécialisés ont émergé sur la toile. Leur nombre ne cesse d'augmenter au point où ils supplantent presque les établissements bancaires. Les banques étaient pourtant les prêteurs traditionnels auxquels tous particuliers faisaient recours. Aujourd'hui, le consommateur se trouve plus à l'aise à faire une recherche sur internet pour trouver certains types de crédit. Le prêt travaux est l'un de ces crédits. Bien que ce prêt soit beaucoup plus sollicité sur la toile, les institutions traditionnelles ont également une part de marché non négligeable. Concrètement, pour contracter un crédit travaux, vous pouvez vous adresser aux institutions suivantes :
  • Les établissements bancaires ;
  • Les sociétés financières spécialisées ;
  • Les sociétés en ligne ;
  • Les courtiers en prêts ;
  • Les organismes d'aide.
Puisque le nombre de demandeurs ne cesse d'augmenter, le marché est devenu très concurrentiel. Chaque organisme met donc en place des politiques afin d'attirer le plus de clients possible. L'emprunteur doit alors profiter de cette situation pour décrocher le meilleur crédit pour ses travaux. Les courtiers en prêt peuvent par exemple vous aider à trouver des crédits travaux très intéressants. Ils se chargent généralement de soumettre le dossier des clients à plusieurs institutions. De cette manière, il est facile de ressortir la proposition la plus compétitive. Lorsque le demandeur de crédit est satisfait d'une offre que lui a dénichée le courtier, il devra rémunérer ce dernier par une petite commission. Par ailleurs, il est possible que l'emprunteur n'ait aucuns frais de courtage à payer. C'est le cas si le courtier est un apporteur d'affaires pour l'établissement de crédit.

Au lieu de confier la recherche de votre crédit à un courtier en prêt, vous pouvez choisir de mener les démarches vous-même. Les simulateurs et les comparateurs en ligne devront être votre allié pour décrocher le meilleur prêt travaux. Cependant, la vigilance doit être de mise. En réalité, certains organismes n'hésitent pas à mettre en avant des offres avec des conditions et des taux très attrayants. Mais, ces offres qui semblent favorables cachent de nombreux frais désavantageux pour l'emprunteur. Alors, soyez vigilant !

Quel organisme faut-il donc choisir pour obtenir un financement pour ses travaux ? Les facteurs à considérer sont nombreux. Néanmoins, il est recommandé de ne se fier qu'aux établissements reconnus. Cofidis, Cetelem, Cofinoga, Franfinance ou encore Carrefour Banque sont quelques exemples. Outre la renommée, une étude minutieuse des offres est aussi nécessaire pour savoir vers qui se tourner.

Les conditions générales d'obtention d'un crédit travaux


Il est indispensable d'avoir une idée assez claire des diverses règles qui s'appliquent à votre projet. En plus des règles d'urbanisme, il est aussi important de connaître les conditions d'obtention d'un crédit travaux en fonction des types de propriétaires. Lorsque le bien concerné est une copropriété, il faudra aviser tous les autres propriétaires avant d'engager quelques travaux que ce soit. En réalité, il n'est pas possible de réaliser certains travaux dans les espaces communs ou privatifs.

De plus, il se pourrait que votre projet vise un agrandissement de l'habitation. Dans ce cas, sachez que la création d'une nouvelle surface habitable doit être soumise à une déclaration de travaux à la mairie. De plus, les dimensions de cette nouvelle construction doivent être telles que la surface de base soit inférieure à 20 m2 (ou à 40 m2 dans certains cas) et la hauteur maximale soit de 1,80 mètre. Au-delà de ces dimensions, vous devez obtenir un permis de construire avant d'effectuer les travaux. Par contre, les travaux de faible envergure ne nécessitent pas une autorisation préalable. Il s'agit des projets tels que :
  • Les travaux de décoration ;
  • Les travaux de mise aux normes de l'électricité ;
  • Les travaux de rénovation de la salle de bain…
Quant à la réalisation des travaux proprement dite, qui le fera ? Est-ce une entreprise, un artisan, vous-même ou un mixte des trois ? La probabilité pour que le prêteur ne souhaite avoir qu'un seul artisan ou maître d'œuvre est fort élevée. Il faudrait donc se renseigner auprès de l'établissement de crédit pour savoir ce qu'il en est. Quant aux crédits travaux aidés, sachez qu'ils ne concernent que les travaux réalisés par une entreprise. Dans tous les cas, pour bénéficier d'un crédit affecté aux travaux, il faut que les entreprises ou les artisans sollicités soient reconnus « RGE ». Le label RGE signifie « Reconnu Garant de l'Environnement ». Il s'agit d'un gage de qualité qui identifie les artisans et d'autres professionnels de bâtiment. Sur le site officiel de Rénovation Info Service, un annuaire qui recense tous les professionnels reconnus RGE est mis à votre disposition. Vous pouvez le consulter pour trouver un professionnel certifié près de chez vous.

Les démarches nécessaires pour trouver le meilleur prêt travaux


L'important n'est pas de tout faire pour décrocher un crédit travaux. Il faudra plutôt tout mettre en œuvre pour trouver le meilleur crédit travaux. Quand on parle de meilleur crédit, on fait allusion au faible taux et à d'autres conditions avantageuses du prêt. Il existe cependant une pléthore d'offres de crédit travaux sur le marché. Tout comme il est difficile de retrouver une aiguille dans une botte de foin, ainsi il est pénible de dénicher un crédit travaux moins cher. Cependant, en utilisant les bons moyens, quelques minutes suffisent pour avoir gain de cause.

Le simulateur en ligne, un outil efficace pour trouver le crédit travaux le plus adapté à vos besoins


Faire une prospection en ligne à la quête de la meilleure offre est la solution la plus en vogue de nos jours. En réalité, les outils de simulation permettent à celui qui recherche un prêt travaux d'identifier le crédit le plus adapté à son profil. Avec un simulateur de crédit en ligne, vous pouvez ainsi déterminer les caractéristiques du crédit qui correspond le mieux à votre situation financière. Mieux, cette même simulation prendra en compte le type de travail que vous souhaitez réaliser afin de ressortir le crédit le plus adapté.

En pratique, avec un simulateur de prêt personnel travaux par exemple, vous avez à votre disposition de nombreux outils pour calculer votre ratio d'endettement. De plus, vous pouvez l'utiliser pour simuler le montant que vous pouvez solliciter. Pour ce faire, il vous suffit de varier le montant des mensualités ou la durée du crédit jusqu'à l'obtention des valeurs qui vous conviennent. De même, vous pouvez remplir les champs adéquats du simulateur pour calculer la durée de votre crédit ainsi que les mensualités qui vont avec. Lorsque vous aurez déterminé le crédit idéal, il ne restera qu'à envoyer votre demande aux prêteurs qui proposent des offres similaires. Là aussi, il est possible d'utiliser un comparateur de crédit en ligne afin de ne pas tirer à la courte paille pour trouver le bon établissement prêteur.

La comparaison de crédit : une étape incontournable pour décrocher le crédit travaux le moins cher


Pourquoi devez-vous passer par la comparaison des offres lors du choix de votre crédit travaux ? C'est très simple : les conditions sont très variables, et l'offre est assez large. Les comparateurs de crédit en ligne sont donc des outils qui vous aident à profiter de la concurrence du marché. De façon concrète, la variation du taux d'un même crédit pour différents établissements peut être de 2%, 5%, voire 8%. Par ailleurs, les offres promotionnelles ne manquent pas tout au long de l'année. Il faut donc en profiter au maximum en faisant un tri minutieux. C'est là qu'intervient le comparateur de crédit en ligne.

Avec cet outil, vous n'avez plus à contacter chaque établissement de crédit pour vous renseigner sur les offres avant de faire votre choix. Entre gratuité, rapidité et efficacité, les avantages de cet outil en ligne sont nombreux. Pour en bénéficier, il vous suffit de choisir un comparateur en ligne, puis de commencer automatiquement votre simulation. Avec le comparateur qui est disponible sur notre site Taux.com par exemple, une première sélection est faite afin de vous proposer les organismes de crédit les plus célèbres du marché. Votre comparaison devra alors se baser sur certains critères spécifiques qui découlent de votre précédente simulation. Le montant de l'emprunt, le taux et la durée de remboursement sont notamment les indicateurs à prendre en compte.

En vous référant à ces éléments, il est très facile de détecter à partir de notre comparateur les offres de crédit les plus adaptées à votre profil et à vos besoins. Une simple lecture du tableau qui découle de la comparaison vous permettra de faire votre choix. En un clic, vous pouvez alors envoyer une demande de crédit formelle à l'établissement qui a le plus retenu votre attention. Toutefois, il est conseillé d'envoyer des demandes à plusieurs établissements afin de connaître les détails des conditions de souscription pour chacun d'eux. Vous retiendrez finalement le prêteur dont les conditions sont les plus optimales. Ces conditions regroupent entre autres :
  • L'application ou l'exonération des frais des dossiers ;
  • Le montant exact du TAEG pour le crédit sollicité ;
  • Le coût total du prêt ;
  • Le montant des futures mensualités ;
  • L'obligation de souscrire une assurance ou non…

Quel dossier fournir pour obtenir rapidement un prêt travaux ?


Pour obtenir le meilleur crédit pour vos travaux, il faut jouer sur tous les fronts. Votre dossier de demande de crédit doit être par exemple bien constitué afin de maximiser vos chances. En effet, un dossier incomplet ou non conforme rencontrera plus facilement un rejet. Or, si votre organisme de crédit vous demande de compléter tel ou tel document, le temps d'obtention de votre crédit ne fait que se rallonger. Il faut donc faire diligence dès la première soumission de votre dossier. Certes, chaque organisme dispose de sa propre politique d'octroi de crédit. Il se peut donc que certains soient plus exigeants que d'autres en matière de dossier à fournir. Cependant, on peut regrouper en trois catégories les documents généralement réclamés pour obtenir un prêt travaux :
  • Les documents personnels ;
  • Les justificatifs financiers ;
  • Les justificatifs des travaux à réaliser.
Dans le premier groupe, vous pouvez préparer les documents suivants :
  • Un passeport ou une carte d'identité ;
  • Un justificatif de domicile (il peut s'agir d'une facture récente d'eau, d'électricité ou de gaz).
Le deuxième groupe prend en compte les documents suivants :
  • Le dernier avis d'imposition ;
  • Le relevé d'identité bancaire ;
  • La dernière fiche de paie.
Enfin, dans le groupe des documents relatif aux travaux, vous devez prévoir selon le type de travail :
  • Les devis des entreprises qui vont intervenir ;
  • Les factures ;
  • Les bons de commande ;
  • Les justificatifs d'achat des matériaux, si vous voulez effectuer les travaux par vos propres soins.
Remarque : Dans le cas d'un emprunt à deux, il faudra que le co-emprunteur fournisse ses propres documents. Autant tout prévoir pour ne pas essuyer un refus.

La notion de différé en début de crédit et le déblocage progressif des fonds


À partir du moment où vous recevez un accord pour le crédit travaux que vous avez sollicité, plusieurs options s'offrent à vous. La banque prêteuse vous proposera par exemple un déblocage progressif des fonds. De votre côté, vous pouvez également intervenir afin d'aménager le début du prêt travaux à votre convenance. En effet, il est possible d'obtenir de votre prêteur et dans certaines situations un différé de paiement. Cela vous aide à ne pas vous étouffer très tôt par les mensualités.

Le différé de paiement partiel


Encore appelé différé d'amortissement, le différé partiel de paiement est un délai accordé à l'emprunteur où il ne rembourse pas le capital obtenu. Toutefois, ce dernier devra payer les autres frais liés au crédit tels que :
  • Les intérêts mensuels ;
  • Les primes d'assurance ;
  • Les autres taxes et frais éventuels.
Le différé de paiement partiel vient surtout en aide aux locataires ayant contracté un crédit pour réaliser des travaux. Il s'agit d'un moyen pour leur permettre de ne pas cumuler le loyer avec les mensualités du crédit. Cependant, il faut noter qu'un crédit travaux avec différé partiel revient plus cher à l'emprunteur qu'un prêt sans différé accordé dans les mêmes conditions. Concrètement, le montant total dû au prêteur reste inchangé sur toute la période de différé. Or, sur cette même période, n'oubliez pas que l'emprunteur réalise des paiements, bien qu'ils soient minimes.

Bon à savoir : il est important de ne pas confondre la notion de « différé » et celle de « report d'échéances ». Pendant que la première n'intervient qu'en début de prêt, la seconde s'applique durant la vie du crédit. Évidemment, il faudrait qu'au préalable le report d'échéances soit prévu dans le contrat de crédit pour qu'il soit applicable.

La franchise totale de paiement


La franchise totale de paiement (différé total de paiement) répond au même principe que le différé partiel. Toutefois, elle permet à l'emprunteur de ne payer ni le capital, ni les intérêts et les autres frais en début de crédit. Le seul remboursement qu'il devra faire sur la période du différé concerne la prime d'assurance. C'est une solution qui accorde encore plus d'aise à l'emprunteur pendant la période concernée. Seulement, le hic est que son coût est plus important que celui d'un différé partiel. Dans tous les cas, il vaut mieux réfléchir à deux fois avant d'opter pour les solutions de différé.

Le déblocage progressif des fonds


Le système du déblocage progressif des fonds est souvent utilisé lors de la réalisation de travaux importants dans le logement. Le but du déblocage progressif est de ne pas étouffer l'emprunteur. Il lui permet de garder un niveau de vie acceptable. En effet, ce dernier pourra par exemple continuer à payer sans difficulté son loyer pendant toute la durée des travaux. Mais, en quoi consiste concrètement le déblocage progressif des fonds ? Le système est tel que l'entreprise ou les artisans qui ont en charge le chantier vont émettre des appels de fonds, en fonction de l'évolution des travaux, à l'endroit de l'emprunteur. Ces ordres seront alors transmis à l'organisme prêteur qui se basera sur le justificatif présenté pour débloquer le montant correspondant.

De façon générale, c'est le contrat de crédit qui fixe les conditions de déblocage des fonds. De plus, il est possible dans certains cas d'associer un différé de paiement partiel à ce déblocage progressif de fonds. Quant aux mensualités, elles augmentent par palier en fonction du capital effectivement débloqué. Voici ci-dessous un exemple concret de déblocage progressif des fonds pour des travaux d'agrandissement d'un logement (création d'une nouvelle surface habitable) :
  • Le déblocage à la signature du contrat : 5% du montant total du crédit travaux ;
  • Le déblocage pour l'obtention du permis de construire : 5% ;
  • Le déblocage à l'ouverture du chantier : 5% ;
  • Le déblocage pour la réalisation des fondations et des murs : 25% ;
  • Le déblocage pour la mise hors d'eau et la mise hors d'air : 35% ;
  • Le déblocage pour l'acquisition des équipements intérieurs : 20% ;
  • Le déblocage à la livraison du chantier : 5%.

Les risques en cas de non-paiement de votre crédit travaux


Les situations imprévues n'arrivent pas qu'aux autres. Une perte d'emploi, un décès ou une maladie peut par exemple vous empêcher de faire face convenablement aux mensualités de votre crédit travaux. Dans ces situations, il faudra forcément trouver une solution pour vous en sortir. Sinon, vous êtes exposé à de nombreux risques qu'il est bien de connaître avant même de contracter le crédit.

L'inscription au fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers


Lorsque vous avez du mal à honorer vos mensualités, vous êtes susceptible de vous retrouver inscrit sur la liste des mauvais payeurs tenue par la Banque de France. Il s'agit du fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP). Cet outil a pour vocation de lutter contre le surendettement des particuliers. Si vous y êtes inscrit, il vous sera très difficile, voire impossible, de contracter un nouveau crédit.

Dès le non-remboursement de deux mensualités consécutives, le prêteur doit informer la Banque de France après vous avoir envoyé une lettre de mise en demeure. En effet, l'organisme prêteur va vous notifier son intention de vous faire inscrire au FICP. C'est lorsque vous ne régularisez pas votre situation dans les 30 jours qui suivent cette notification que l'inscription sera effective. Vos informations sont conservées dans le fichier pendant 5 ans ou radiées dès que vous payez intégralement vos dus.

Les diverses actions du prêteur pour récupérer son argent


Plusieurs options s'offrent à votre prêteur lorsque vous n'arrivez plus à rembourser votre crédit. Il peut simplement accepter une solution à l'amiable. Seulement que dans ce cas, vous serez obligé de payer des pénalités de retard. Au lieu d'une solution à l'amiable, ce dernier peut exiger de vous après plusieurs rappels, un remboursement immédiat du prêt. Dans ce dernier cas, c'est qu'il met fin à votre contrat et vous demande de payer le montant restant dû. En plus du capital restant, vous devez aussi lui rembourser les intérêts impayés ainsi que les pénalités de retard.

Conformément aux dispositions de la loi, le prêteur peut aussi procéder à la saisie de vos différentes garanties. Il peut s'agir de votre hypothèque (le bien immobilier sur lequel le crédit a été constitué). Il peut également effectuer une saisie sur votre salaire en suivant les dispositions prévues en la matière. Si vous avez associé une caution à votre crédit, le prêteur peut également lui faire appel en le sommant de payer. Cependant, avant d'entamer cette procédure, il vous aura au préalable envoyé des lettres de mise en demeure qui seraient restées sans suite.

L'assignation en justice est aussi un risque que vous courrez si vous ne remboursez plus votre crédit travaux. En réalité, cette option vient généralement après les mises en demeure et autres tentatives de conciliation. Dans ce cas, il est possible que vous soyez condamné au paiement du solde dû, y compris les intérêts de retard. Si la dette reste impayée après cela, le prêteur peut procéder à la saisie de vos biens pour récupérer son argent.

Les solutions en cas de difficulté de paiement d'un crédit travaux


Pour ne pas vous voir subir les conséquences d'un non-remboursement de votre crédit, vous devez vite prendre les devants. Il existe plusieurs dispositifs qui peuvent vous aider à vous en sortir. Dans l'univers de ces dispositifs, les négociations avec le prêteur viennent en tête de liste.

Les négociations avec l'organisme prêteur


Dès que se présentent les premiers signes de non-remboursement de votre crédit travaux, vous devez en référer à votre prêteur. Il vaut mieux vite agir avant que votre dossier soit transmis à une société de recouvrement. L'incapacité de paiement peut être ponctuelle ou persistante. Dans un cas ou dans l'autre, vous devez pouvoir trouver la solution adéquate avec votre prêteur. En pratique, ce dernier pourra vous proposer par exemple un report d'échéances ou encore un échelonnement de votre dette. Il faut noter que même avec ces solutions, vous devez quand même payer une indemnité de retard.

Le report d'échéances vous permet de suspendre le paiement de vos mensualités pendant un certain temps. Mais, pour que cette solution soit mise en œuvre, il faut que votre contrat de prêt le prévoie. Ce laps de temps vous permettra de vous remettre sur pieds afin de renouer au remboursement du crédit travaux contracté. Toutefois, votre prêteur n'est pas obligé de vous accorder ce délai de paiement. Dans ce cas, vous pouvez vous référer au tribunal d'instance pour l'avoir. Il est possible selon l'article L314-20 du Code de la consommation d'obtenir :
  • Une suspension des remboursements sur une période maximum de 2 ans ;
  • Une exemption des intérêts de remboursement pendant le délai de grâce ;
  • Une fixation de modalités de paiement de la somme due.
Quant à l'échelonnement de la dette, il vous permet d'allonger la durée de remboursement. Les mensualités du crédit sont ainsi diminuées. Vous pouvez négocier le degré de diminution avec votre prêteur de sorte que les nouvelles mensualités puissent correspondre à votre situation financière actuelle. Toujours pour faire face aux difficultés de remboursement, vous auriez pu anticiper les problèmes dès le début de votre crédit en souscrivant une assurance.

L'assurance emprunteur à la rescousse


L'assurance emprunteur vous protège tout simplement en cas de difficultés de remboursement. Il existe plusieurs garanties qui peuvent prendre le relais de vos paiements. La garantie « perte d'emploi » est optionnelle dans un contrat d'assurance emprunteur. Elle peut prendre en charge de la moitié jusqu'à la totalité de vos mensualités, si vous allez au chômage. La garantie décès-invalidité est par contre incluse dans tous les contrats d'assurance emprunteur. Elle vous couvre, vous et votre famille, si les situations de décès ou d'invalidité survenaient. En cas de décès par exemple, c'est l'assurance et non votre conjoint qui se chargera de rembourser la banque.

Le rachat de crédit


Le rachat de crédit est une solution qui porte ses fruits lorsque l'emprunteur a des difficultés pour payer ses crédits en cours. Il s'agit d'une technique qui sauve les emprunteurs aux portes du surendettement. L'opération consiste à rassembler tous les prêts en difficulté en un seul crédit. L'organisme qui rachète vos crédits vous propose alors de nouvelles mensualités. Ces dernières sont plus faibles que ce que vous payiez afin que vous n'ayez plus de difficulté de remboursement. En contrepartie, la durée de remboursement s'allonge. Mais, ne vous leurrez pas ; ce nouveau crédit que vous obtenez est plus cher que tous les autres rachetés.

Le dépôt d'un dossier à la commission de surendettement des particuliers


Une autre solution consiste à déposer un dossier de surendettement lorsque vous avez du mal à rembourser votre crédit. Lorsque vous le faites, sachez que votre nom est automatiquement inscrit au FICP. Généralement, les débiteurs font recours à cette solution, lorsque la suspension des remboursements pendant deux ans obtenue au tribunal s'avère insuffisante. Dans un délai maximum de trois mois, la commission compétente étudiera votre dossier. Elle peut alors prononcer l'une des sentences suivantes :
  • Le réaménagement de vos dettes ;
  • L'effacement partiel de vos dettes ;
  • L'effacement total de vos dettes.

L'assistance des organismes spécialisés


Il existe plusieurs organismes qui proposent des aides aux emprunteurs en difficultés. Les agences départementales d'information sur le logement (ADIL) ainsi que les solutions Action Logement en sont des exemples. Ces organismes peuvent vous aider à reporter vos mensualités sans que vous ayez à payer des frais supplémentaires.

Les droits et recours de l'emprunteur en cas de litige


Il est possible qu'un particulier soit victime d'un organisme de crédit. Entre le défaut d'information, une clause abusive ou encore le non-respect du contrat, de nombreuses raisons peuvent amener l'emprunteur à engager des démarches pour bénéficier de ses droits. Vous devez réagir face à la moindre anomalie puisque votre préjudice peut se chiffrer en centaines d'euros d'intérêts indus. La loi impose à cet effet plusieurs recours afin de trouver une solution qui convient à toutes les parties.

Les litiges classiques entre prêteur et emprunteur


Les crédits à la consommation, dont le prêt travaux est une partie intégrante sont encadrés par une législation assez complexe. Cette législation protège non seulement le prêteur, mais aussi l'emprunteur. En cas de difficulté de paiement, il est évident que vous ne pouvez pas vous retourner contre votre prêteur si votre crédit travaux vous a été accordé dans des conditions normales. Cependant, il n'est pas rare que l'organisme de crédit commette des erreurs. Ces erreurs commises de bonne ou de mauvaise foi peuvent vous causer des préjudices. Voici une liste non exhaustive des litiges les plus classiques :
  • L'établissement prêteur a manqué de vous fournir une fiche standardisée d'information sur le crédit avant le déblocage des fonds ;
  • Le non-respect de votre délai de rétractation ;
  • Le prêteur a manqué de s'assurer de votre solvabilité et de votre sérieux avant de vous accorder les fonds ;
  • L'organisme de crédit vous a prêté un montant excessif comparativement à vos capacités de remboursement ;
  • La présence dans le contrat d'une clause qui vous semble abusive (après signature du contrat bien sûr) ;
  • L'augmentation sans préavis du taux applicable à votre crédit travaux.

Le recours amiable pour décanter la situation


Dans toute situation, il est inutile, voire contre-productif, de déclencher tout de suite les hostilités. L'erreur que vous reprochez à votre organisme prêteur peut être commise involontairement. C'est pour cela qu'il est préférable de passer par la case du recours amiable. Tout organisme prêteur qui se respecte dispose d'un service client. C'est ce service que vous devez contacter en premier, par téléphone, par mail ou par chat selon le dispositif en place. Vous aurez alors l'occasion d'expliquer le problème aussi clairement que possible. Votre argumentaire doit présenter les textes réglementaires ainsi que les clauses du contrat qui, selon vous, ont été violés.

Vous devez par la suite prendre votre mal en patience. En effet, il faut un temps au service client pour examiner de fond en comble le problème posé. Ce dernier vous reviendra en temps voulu pour vous proposer une solution. Si vous n'êtes pas satisfait, il est encore temps d'envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception à l'attention du service contentieux. Cette lettre devra reprendre avec précision la nature de votre contestation. De plus, il est conseillé de la faire accompagner de toutes les pièces justificatives pouvant plaider en votre faveur. Attendez de nouveau le retour de votre emprunteur pour voir ce qu'il en est.

Le recours à la médiation


La médiation est également une solution qui s'offre à vous. En effet, d'après l'article L316-1 du code monétaire et financier, chaque établissement de crédit doit disposer d'un médiateur. Ce dernier a pour charge de régler à l'amiable tout litige qui oppose l'organisme de crédit à l'un de ses clients. Mais comment joindre ce médiateur ? Vous trouverez ses coordonnées sur votre relevé de compte. Attention ! Vous devez vous assurer d'avoir épuisé toutes les autres voies de recours habituelles avant de procéder à la saisine du médiateur. Ces voies en question ne prennent pas en compte le recours devant les tribunaux. Au cas échéant, le médiateur ne pourra plus être en mesure de statuer sur votre situation.

La saisine du médiateur doit être pour l'emprunteur le dernier recours amiable dans sa démarche de contestation. Il est conseillé de ne pas se passer de ses services qui sont d'ailleurs rapides et entièrement gratuits. En effet, ce dernier a l'obligation de statuer sur votre dossier dans les trois mois qui suivent sa soumission. Dans cette période, il a le pouvoir de faire une recommandation à l'organisme de crédit en votre faveur si vos réclamations tiennent debout. Il est vrai que le prêteur n'est pas obligé de respecter sa proposition, mais il s'y conforme dans la grande majorité des cas.

La possibilité de consulter un avocat ou des associations de consommateurs


Le médiateur a-t-il donné un avis négatif à propos de votre dossier ? Il s'agit d'un mauvais signe. Reposez-vous la question pour savoir si votre réclamation est bien légitime. Si vous en êtes convaincu, vous pouvez aller à la recherche de garde-fous qui vous seront utiles lors de la phase judiciaire. Les associations de consommateurs peuvent vous prêter main-forte. Ils sont à même de vous conseiller pour tout litige avec l'établissement qui vous a accordé votre crédit travaux. Aussi, l'Association française des usagers des banques (AFUB) peut également vous assister dans ce sens.

Après vous êtes entouré de tout cet arsenal, il est important de vous offrir les services d'un avocat spécialisé en droit de la consommation. C'est ce dernier qui pourra vous défendre convenablement devant les tribunaux. Certes, vous pouvez vous charger de votre défense tout seul, mais vos chances de gagner sont quasiment nulles dans ce cas. Par ailleurs, comment faire face aux frais d'avocat et de justice ? Vous pouvez vous fier à une garantie « assistance juridique » que vous auriez préalablement souscrite.

Le recours en justice pour obtenir gain de cause


Cette phase constitue la dernière de votre procédure de contestation. Quel que soit le montant que vous réclamez, vous devez vous adresser au tribunal d'instance la plus proche de chez vous. Il existe cependant un délai légal qui débute le jour de la réalisation du préjudice pour saisir cette juridiction. Après ce délai, les faits sont prescrits et votre recours en justice n'est plus valable.

Pour un crédit travaux d'un montant inférieur à 4 000 euros, vous pouvez vous adresser au greffe en lui envoyant une simple déclaration. Pour un prêt dont le montant excède cette limite, vous serez obligé de solliciter un huissier de justice. C'est ce dernier qui vous aidera à assigner l'établissement de crédit. Si vous vous en sortez vainqueur, vous pouvez percevoir des dommages et intérêts de la part de l'organisme prêteur pour le préjudice qu'il vous a causé. Le juge peut également prononcer la déchéance de l'établissement de crédit. Ce dernier ne pourra donc plus percevoir des intérêts sur le crédit qu'il vous a accordé. Autrement dit, il ne vous restera qu'à rembourser le capital restant dû pour le crédit en cause.

Sur le même sujet


Vous cherchez à en savoir davantage sur les spécificités du prêt travaux ? Cette section fait la lumière sur certaines notions qui permettent de mieux appréhender le sujet.

Comprendre le coût global d'un crédit travaux : une nécessité pour tout emprunteur


Lorsque vous souhaitez faire des travaux dans votre maison ou dans votre appartement, il est évident que le crédit travaux peut vous y aider. Cependant, obtenir un tel crédit a un coût. Il est bien de l'appréhender afin de savoir ce que vous aurez réellement dépensé pour les travaux réalisés. Le coût total d'un crédit est le montant total que vous payez au prêteur pour l'avoir. Il prend en compte le montant des intérêts ainsi que les frais annexes, à savoir :
  • Les frais de dossier ;
  • Les frais de garantie ;
  • Les assurances obligatoires…
Il s'agit autrement dit de l'ensemble des charges que vous supportez sur la durée du crédit. Pour le calculer, vous pouvez également soustraire le montant du capital emprunté de la somme de toutes les mensualités (additionné des autres frais fixes). Il faut également noter que ce coût est fonction de quatre données :
  • Le montant de l'emprunt ;
  • Le taux d'intérêt ;
  • La durée de l'emprunt ;
  • La périodicité du remboursement.
De façon paradoxale, le crédit travaux ayant le plus petit coût n'est pas forcément le plus adapté à votre budget. Il faut notamment bien définir chacune des données sus évoquée pour dénicher le crédit idéal. En effet, plus la durée d'un crédit est longue, plus son taux d'intérêt est élevé. En conséquence, le coût global du crédit est aussi élevé. La contrepartie est que les mensualités sont plus faibles. Si donc vous vous fixez comme objectif de ne pas dépasser une limite de charge financière mensuelle, vous pourrez emprunter davantage.

Application d'un taux de TVA réduit pour certains travaux de rénovation


C'est une évidence que tous ceux qui entreprennent des travaux dans leur logement souhaitent les réaliser à coût réduit. Il faut donc tenir compte de toutes les dispositions en vigueur pour avoir gain de cause. Sous certaines conditions, il est possible de bénéficier d'un taux réduit de TVA pour des travaux de rénovation. Il faut que les travaux soient réalisés par une entreprise et que le logement concerné soit ancien. Lesdits logements doivent avoir été achevés depuis plus de 2 ans qu'il s'agisse d'une résidence principale ou d'une résidence secondaire.

En pratique, il est possible de bénéficier de la TVA au taux réduit de 5,5% au lieu de 20%. Il est également possible de ne bénéficier que d'un taux intermédiaire de 10%. Ces taux de la TVA revus à la baisse sont à votre avantage puisqu'ils viennent réduire le coût total de vos travaux. Le taux intermédiaire est appliqué pour les travaux d'amélioration, d'aménagement, de transformation ou d'entretien. Quant au taux réduit, il est utilisé dans les cas suivants :
  • Les travaux de rénovation ;
  • Les travaux d'amélioration énergétique ;
  • Les travaux induits qui découlent d'autres travaux d'efficacité énergétique.

Quelques questions fréquentes sur le prêt travaux


Il est parfois difficile de se retrouver dans des définitions ou explications complexes. C'est pour cela que nous proposons ci-dessous des réponses simplistes aux questionnements récurrents des internautes. Vous trouverez dans cette liste le détail des informations qui pourront vous aider dans le cadre d'un crédit travaux.

Faut-il nécessairement souscrire une assurance emprunteur pour un crédit travaux ?

Assurer un crédit travaux est facultatif. Cependant, lors des simulations en ligne, l'assurance emprunteur est automatiquement proposée. Vous n'êtes néanmoins pas obligé d'y souscrire. Mais certains organismes de crédit peuvent l'exiger, notamment si l'emprunteur présente des risques liés à l'invalidité ou au décès. En réalité, toutes les formules d'assurance proposées visent à vous protéger. Outre les cas d'invalidité ou de décès, l'assurance peut aussi protéger votre famille. Même les risques d'impayés après une perte d'emploi ou une maladie peuvent être couverts par l'assurance.

Votre situation peut évoluer d'un moment à l'autre pendant la durée du prêt contracté. Ainsi, l'assurance prend le relais en cas de coup dur conformément aux clauses du contrat. Vous préservez ainsi vos proches en cas d'aléa de la vie. Par ailleurs, vous n'êtes pas obligé de souscrire l'assurance emprunteur que vous propose votre prêteur. Il s'agit généralement des assurances de groupe qui n'avantagent pas forcément l'emprunteur. Vous pouvez rechercher par vos propres soins une compagnie d'assurance moins chère. Il existe même des simulateurs et des comparateurs d'assurance en ligne que vous pouvez utiliser pour avoir gain de cause. Par ailleurs, la loi vous permet de changer annuellement votre compagnie d'assurance si vous le souhaitez.

À vrai dire, le coût mensuel d'une assurance est loin d'être négligeable et son taux est facilement trompeur. Notez que c'est le taux mensuel sur le solde dû qui est souvent présenté dans les offres de crédit. Par exemple, pour un crédit travaux présentant une assurance de l'ordre de 0,5% par mois sur le solde restant dû, il faut comprendre que cela revient à environ 6% par an sur ce même montant. Il faut donc prendre le soin de convertir le taux mensuel en taux annuel pour bien faire vos calculs.

Le recours à un courtier en travaux est-il nécessaire ?

Lorsque vous avez en tête d'effectuer des travaux, il est parfois difficile de trouver l'entreprise ou l'artisan idéal. Le courtier en travaux est un partenaire qui peut vous aider en faisant des recherches et autres démarches à votre place. Selon les travaux à réaliser, vous devez par exemple solliciter des entreprises certifiées pour bénéficier de certains avantages. Si pour financer vos travaux vous devez compter sur un prêt aidé par exemple, il se pourrait que vous soyez obligé de présenter à l'organisme prêteur des devis et factures d'entreprises ou d'artisans certifiés. Le courtier en travaux dispose des qualifications idoines pour vous aider dans ce sens. Néanmoins, vous pouvez vous en charger vous-même.

Quelle est la durée maximale pour un prêt travaux ?

La durée maximale moyenne des crédits accordés pour la réalisation des travaux est de 10 ans. Toutefois, la durée d'un crédit est d'abord fonction de son montant. Ainsi, les prêts travaux contractés dans le cadre d'un crédit à la consommation ont une durée inférieure à celle des prêts immobiliers. En pratique, le prêt travaux octroyé en tant que crédit à la consommation peut avoir une durée qui s'étend sur 180 mois. Quant au crédit immobilier, vous pouvez bénéficier d'une durée de remboursement qui atteint 30 ans, voire 50 ans dans des cas isolés.

L'électroménager peut-il être financé par un prêt travaux ?

Contrairement aux idées reçues, le crédit travaux n'est pas destiné seulement aux grosses interventions. Il n'est non plus réservé à l'acquisition des matériaux pour le travail. Ce financement peut être aussi utilisé pour l'achat des biens d'équipements tels que :
  • Une plaque de cuisson ;
  • Un climatiseur ;
  • Un lave-vaisselle ;
  • Un réfrigérateur ;
  • Un portail électrique…
De fait, les éléments qui entrent dans le cadre d'un crédit travaux sont déterminés par chaque organisme prêteur. Chacun de ces établissements a ses propres listes et barèmes. Ainsi, on ne retrouve pas souvent les éléments de l'électroménager dans les énumérations de ces prêteurs. En revanche, certains prêteurs incluent dans leur liste des appareils électroménagers encastrables. Il est donc important de bien se renseigner sur les conditions d'octroi de l'organisme prêteur avant de lui présenter les justificatifs des travaux à réaliser.

Est-il possible de cumuler un crédit travaux classique avec d'autres aides ?

Il n'est en rien interdit de réaliser des travaux en cumulant les aides et divers financements. Bien sûr, ce cumul se fait sous réserve de respecter les conditions d'obtention de chaque aide. Il faut également que les travaux réalisés soient éligibles pour recevoir lesdites aides.

Parfois, l'investissement nécessaire pour la réalisation de certains travaux peut paraître trop important. Cependant, compléter un crédit travaux avec d'autres aides est une solution qui vous permet de réaliser sereinement vos travaux. Comme exemple, l'éco-prêt à taux zéro peut être complété par de nombreuses autres aides, à savoir :
  • Un crédit d'impôt pour la transition énergétique ;
  • Une subvention de l'ANAH ;
  • Une aide provenant des collectivités territoriales…
Il faut cependant noter que l'utilisation conjointe de ces aides est conditionnée par le respect de certains critères de performances énergétiques. De la même manière, le prêt d'accession social est cumulable avec différents dispositifs d'aide tels que :
  • Un prêt classique proposé par les établissements de crédit ;
  • Un prêt à taux zéro ;
  • Un prêt action logement ;
  • Un prêt d'épargne logement ;
  • Une allocation de logement versée par la CAF…
À vrai dire, le cumul de ces aides et prêts travaux peuvent vous permettre de faire des économies plus tard sur vos factures énergétiques. Cependant, il faut rester vigilant dans cette quête de la rentabilisation de votre investissement. Cela ne sert à rien de cumuler des aides et prêts travaux si vous aurez du mal à les rembourser. Certes, les taux appliqués pour ces aides sont assez abordables, mais il faut quand même vérifier vos revenus avant de vous engager.

Si un bien en cours de travaux doit être repris, l'acheteur doit-il reprendre aussi le crédit travaux contracté ?

Il peut arriver que vous mettiez votre bien immobilier en vente alors que des travaux sont en cours. Si ces travaux sont financés par un prêt que vous avez contracté, l'acquéreur n'est en aucun cas contraint de le reprendre. La logique veut que les travaux que vous réalisez lui soient vendus au même titre que le bien. Ainsi, lorsque le prêt n'est pas complètement remboursé au moment de la vente, c'est dans l'argent perçu qu'il faudra puiser pour solder le montant restant dû. C'est d'ailleurs le notaire qui se charge de faire cette opération. Si par contre le prêt est entièrement remboursé avant la vente du bien, vous devez en donner la preuve. Pour ce faire, il faudra fournir au notaire une attestation produite par l'établissement prêteur qui stipule que vous avez réellement fini de rembourser votre prêt.

Le crédit travaux donne-t-il droit à des avantages fiscaux ?

Ce n'est pas automatique, mais il est possible de bénéficier de quelques réductions d'impôts lorsque vous réalisez des travaux dans votre résidence principale. Les propriétaires bénéficient des avantages fiscaux pour des travaux qui s'inscrivent dans le cadre du développement durable. Il en est de même pour des installations dédiées aux personnes handicapées notamment les personnes à mobilité réduite. Les travaux qui visent l'amélioration du rendement énergétique ne sont pas exclus. Pour ces derniers travaux, vous pouvez par exemple bénéficier d'un crédit d'impôt pour la transition énergétique. Les travaux concernés sont entre autres :
  • L'amélioration de l'isolation ;
  • Le changement des équipements de chauffage ;
  • L'installation des appareils de production d'énergie…
Que faire si les travaux sont finalement refusés alors que le crédit travaux est déjà obtenu ?

Pour la réalisation de certains travaux dans votre habitation, vous avez obtenu un accord de crédit travaux. Cependant, le traitement de votre dossier tarde à être finalisé au point où le délai de rétractation est dépassé. Si pendant cette période vos travaux vous sont refusés, deux options s'offrent à vous. Vous devez d'abord prendre contact avec votre organisme de crédit pour expliquer votre situation. Ainsi, la personne qui a en charge votre dossier pourra procéder à l'annulation de votre prêt sans frais. La deuxième option est que vous procédez au remboursement du prêt par anticipation. Dans ce dernier cas, des pénalités de remboursement anticipé pourront être appliquées. Vous devez alors faire des négociations avec votre prêteur.

Peut-on intégrer un prêt travaux dans un prêt immobilier ?

Bien que les deux crédits soient destinés aux réalisations se rapportant à l'habitat, ils sont bien différents. Comme mentionné plus haut, le prêt immobilier se distingue d'un prêt travaux notamment par son montant plus élevé. Si vous envisagez d'acquérir une maison ou un appartement, le prêt immobilier est donc le crédit le plus adapté. Cependant, si vous comptez réaliser des travaux sur le bien, il est avantageux d'inclure dans votre prêt immobilier le coût de ces futurs travaux. C'est comme si vous jumelez un prêt travaux à votre prêt immobilier sans pour autant avoir deux crédits différents. Aucune loi n'interdit d'ailleurs une telle démarche.

Néanmoins, s'il est vrai que cela vous avantage de ne pas avoir à cumuler deux crédits différents, il est aussi vrai que vous devez être en mesure de rembourser convenablement le crédit contracté. En effet, les banques exigent généralement que les mensualités de votre crédit ne dépassent pas le tiers de vos revenus. Il s’agit donc d’une contrainte à prendre en compte. Une autre contrainte est la présentation des devis qui correspondent aux travaux à entreprendre. C’est ce que demandent certains prêteurs avant d’inclure le coût des travaux au prêt sollicité. Cette exigence permet en effet à ces derniers de faire parvenir directement la somme des travaux aux entreprises sélectionnées pour les réaliser.

Peut-on obtenir un crédit travaux dans le cadre d’un projet à l’étranger ?

Les organismes de crédit français peuvent vous accompagner dans la réalisation des travaux dans votre logement se trouvant sur le territoire français. De même, si vous avez pour projet de réaliser des travaux dans votre résidence à l’étranger, ils peuvent également vous aider dans cette entreprise. Toutefois, vous ne pouvez pas bénéficier de tous les avantages accordés pour des habitations françaises.

Dans les faits, il vous sera impossible de profiter des offres particulières comme le crédit rénovation ou isolation. Pour votre résidence à l’étranger, le prêteur ne pourra vous accorder qu’un simple crédit personnel ou un crédit immobilier. De plus, pour ce dernier crédit, vous devez accepter l’hypothèque d’un de vos biens en France. En effet, il n’est pas possible de fournir comme garantie, un bien immobilier qui se trouve à l’étranger.

Comment procéder si le montant des travaux réalisés est inférieur à celui du crédit travaux contracté ?

Dans la pratique, il arrive souvent que les travaux réalisés dans le cadre de la rénovation de votre habitation coûtent moins cher que prévu. Que faire dans une telle situation ? La solution la plus évidente est de procéder à un remboursement anticipé du montant restant dû. Cette opération pourra s’effectuer avec ou sans indemnité suivant le montant remboursé.

Pour ne pas en arriver là, il est conseillé de clarifier ce point avec votre prêteur au moment de contracter le crédit. Il vous suffit de lui demander d’intégrer au contrat, la possibilité de réduire le montant du capital, dans le cas où la réalisation des travaux coûterait moins cher que le prix annoncé. Si la situation survenait, ce dernier pourra alors recalculer votre prêt sans frais. Toujours est-il qu’il est recommandé de faire établir de nombreux devis afin de déterminer le montant exact que vous coûteront vos travaux. De cette manière, vous serez normalement à l’abri des éventuelles fluctuations.

Que devez-vous retenir de ce guide ultime sur le prêt travaux ? Les spécificités qui accompagnent le prêt travaux sont nombreuses. Cependant, certaines sont plus importantes que d’autres. Au vrai, il existe une multitude de crédits travaux. D’aucuns sont accordés sous forme de prêt classique par les institutions de crédit (crédit à la consommation). D’autres sont accordés comme crédit immobilier en fonction du montant sollicité. Par ailleurs, il existe aussi des prêts travaux aidés qui peuvent être cumulés avec un crédit travaux classiques. En fonction des travaux à réaliser et d’autres conditions, vous pourrez choisir le crédit travaux le mieux adapté. Lorsqu’on parle du crédit le mieux adapté, on sous-entend le crédit le moins cher qui correspond à votre profil et à votre situation financière. Pour décrocher un tel prêt pour ses travaux, l’emprunteur peut se fier aux simulateurs et comparateurs de crédit en ligne. Ces outils sont efficaces, gratuits et sans engagement. D’un autre côté, vous devez maîtriser les conditions d’obtention de votre crédit travaux afin de ne pas voir votre dossier rejeté. Présenter un dossier complet et bien constitué est aussi un moyen pour vite obtenir son crédit. Néanmoins, vous ne devez jamais oublier que tout crédit contracté vous engage et doit être impérativement remboursé.

Exemples représentatifs du coût total du prêt travaux avec tous les frais applicables
  1. Exemple standard pour un financement Cofidis. Pour un prêt personnel de 7 000 € (hors assurance facultative) sur 36 mois au TAEG fixe de 5,72% : 35 mensualités de 211,62 € et une dernière de 211,56 €. Montant total dû de 7 618,26 €. Taux débiteur fixe de 5,58%. Le coût de l'assurance facultative pour un emprunteur est de 11,20 € par mois, à ajouter à la mensualité; soit un taux annuel effectif de l'assurance de 3,73% pour les garanties décès, invalidité, incapacité et un montant total dû au titre de l'assurance sur la durée totale du prêt : 403,20 €.
  2. Exemple hors assurance facultative Cetelem : pour un prêt personnel de 8 000 € sur 24 mois au Taux Annuel Effectif Global fixe de 2,00% et au taux débiteur fixe de 1,98%, vous remboursez 24 mensualités de 340,25 €, coût total du crédit : 166,00 € (dont 166,00 € d’intérêts et 0 € de frais de dossier), montant total dû : 8 166,00 €. Le coût mensuel standard de l’assurance facultative DIM (Décès, Perte Totale et Irréversible d’Autonomie, Maladie-Accident) est de 8,33 € jusqu'à 54 ans et s’ajoute au montant de la mensualité ci-dessus. L’assurance facultative est souscrite auprès de Cardif Assurance-vie et Cardif assurance Risques Divers. Le coût total de cette assurance facultative est de 199,92 €, le Taux Annuel Effectif de cette assurance est de 2,42%.
  3. Exemple standard pour un prêt projets Cofinoga. Pour un financement de 10 000 € au TAEG fixe de 1,00% (soit un taux débiteur fixe de 1,00%). Remboursement en 12 mensualités de 837,85 €. Montant total dû par l’emprunteur : 10 054,20 € hors assurance facultative.
  4. Un exemple Banque Casino pour mieux comprendre. Pour un projet Prêt Personnel avec un montant total de crédit à la consommation de 13 000 € : remboursement en 12 mensualités de 1 096,16 €, TAEG fixe de 2,20% et au taux débiteur fixe de 2,178%. Montant total dû par l’emprunteur 13 153,90 € hors assurance facultative. L’assurance facultative : pour l’option Médium (vous couvrant pour le Décès, Perte Totale et Irréversible d’Autonomie et l’Interruption Temporaire de Travail) le coût sera de 22,10 € par mois en plus de la mensualité, soit 0,17% du financement par mois. Le taux annuel effectif de l’assurance est de 3,861%. Le montant total dû au titre de l’assurance est de 265,20 €.
  5. Exemple Franfinance (hors assurances facultatives) pour un prêt de 8 000 € : vous réglez 12 mensualités de 669,90 €. Montant total du crédit : 8 000 €. Montant total dû : 8 038,80 €. Coût du crédit : 38,80 €. Taux débiteur fixe : 0,896%. TAEG fixe : 0,90%. Durée maximum du crédit : 12 mois. Coût mensuel de l’assurance DIM/CHOM (s’ajoute à la mensualité) : 15,20 €. Coût total de l’assurance DIM/CHOM : 182,40 € soit un TAEA de 4,29%. Frais de dossier : 0 €.
  6. Exemple de prêt personnel Younited Credit pour un montant total de 6 500 € remboursable en 12 mensualités de 543,22 € (hors assurance facultative). Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe de 0,60% (hors assurance facultative). Taux débiteur fixe de 0,60%. Coût total de l’emprunt : 21,04 €. Montant total dû par l’emprunteur : 6 521,04 €. Le coût mensuel de l’assurance Décès-Perte totale et irréversible d’autonomie-Interruption de Travail suite à Accident ou Maladie-Perte d’Emploi est de 15,25 € soit un Taux Annuel Effectif de l’Assurance (TAEA) de 5,30% et un montant total dû de 182,99 €, et s’ajoute aux mensualités de remboursement de l’emprunt. Première échéance exigible entre 30 et 60 jours à compter de la mise à disposition des fonds, les mensualités étant prélevées le 4 de chaque mois.
  7. Exemple de taux prêt travaux Hello bank! : pour un prêt d’un montant total de 10 000 €, et d’une durée totale de 48 mois, vous remboursez 48 échéances de 216,82 € (hors assurance facultative). Pas de frais de dossier. Taux débiteur fixe : 1,97% l’an. TAEG fixe : 1,99%. Montant total dû par l’emprunteur (hors assurance facultative) : 10 407,36 €. Intérêts : 407,36 €. En cas de souscription à l’assurance facultative (Décès, Perte totale et irréversible d’autonomie, Incapacité totale de travail) : taux annuel effectif de l’assurance (TAEA) : 1,56%, montant total dû par l’emprunteur au titre de l’assurance sur la durée totale du prêt : 321,60 €, montant de l’assurance par mois : 6,70 €, ce montant s’ajoute à l’échéance de remboursement du crédit.
  8. Exemple Carrefour Banque pour un montant total de crédit de 10 000 € sur 48 mois au TAEG fixe de 2,30% (taux débiteur fixe de 2,27%) hors assurance facultative : 48 mensualités de 218,13 €. Montant total dû par l'emprunteur : 10 470,24 €. Au titre de l’assurance facultative : TAEA fixe de 3,32%, montant total de l'assurance (Décès, Perte Totale et Irréversible d’Autonomie) 686,40 € soit un coût mensuel de 14,30 € par mois en plus de la mensualité.
  9. Exemple de Prêt Personnel Travaux Financo (hors assurance facultative) : pour un montant total de crédit de 15 000 € remboursable en 60 mensualités de 279,03 € hors assurance facultative. Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe de 4,50% hors assurance facultative. Taux débiteur fixe de 4,41%. Perceptions forfaitaires (frais de dossier) : 0 €. Coût total du crédit : 1 741,80 €. Montant total dû par l'emprunteur : 16 741,80 €. Vous bénéficiez d'une première échéance à 30 jours, la durée effective du crédit est de 60 mois. Vous disposez d'un droit de rétractation. Taux Annuel Effectif de l'Assurance (TAEA) pour 1 assuré (hors surprimes éventuelles et hors garantie perte d'emploi) : 2,96% soit un coût mensuel de l'assurance de 19,50 € en sus de la mensualité indiquée plus haut et inclus dans l’échéance de remboursement. Le coût total de l’assurance sur toute la durée du prêt s’élève à 1 170 €. Contrat d'assurance facultative "Mon Assurance de personnes" n°5035 (Décès, Perte Totale et Irréversible d'Autonomie, Incapacité Temporaire Totale de travail, Perte d'Emploi), souscrit par FINANCO auprès des sociétés SURAVENIR et SURAVENIR ASSURANCES, entreprises régies par le Code des assurances.
  10. Exemple de prêt travaux pas cher La Banque Postale : pour un prêt personnel Travaux de 11 000 € sur 12 mois au taux débiteur fixe de 0,98%, soit un TAEG fixe de 0,99%, le remboursement s’effectue en 12 mensualités de 921,54 €. Montant total dû : 11 058,48 €. Pas de frais de dossier. Assurance Décès Invalidité facultative : TAEA de 1,59%, soit 7,79 €/mois (non inclus dans la mensualité), soit un montant total dû sur la durée totale du prêt de 93,48 €.
  11. Exemple pour un prêt Sofinco d'un montant de 10 000 € : mensualités (hors assurance facultative) 227,20 €, durée 48 mois, Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe 4,40%, montant total dû par l'emprunteur 10 905,60 €, frais de dossier 0,00 €, taux débiteur fixe 4,314%. L'assurance emprunteur facultative pour 12,75 € supplémentaires par mois. Le Taux Annuel Effectif de l'Assurance (TAEA) est de 2,941%. Le montant total dû au titre de l'assurance est de 612,00 €.
  12. Exemple pour un prêt avec justificatif de projet Oney Bank : montant emprunté 10 000 €, durée de remboursement 12 mois, mensualités hors assurance facultative 837,38 €, montant total dû 10 048,56 €, TAEG fixe 0,90%, taux débiteur fixe 0,89%.
  13. Exemple pour un prêt travaux BforBank d’un montant de 14 000 € sur 60 mois : vous remboursez 60 mensualités de 266,55 €, hors assurance facultative. Le montant total dû par l'emprunteur est de 15 993,00 €. Le Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe est de 5,50%. Le taux débiteur fixe est de 5,366%. Frais de dossier de 0,00 €. Le coût mensuel de l’assurance facultative Décès, Invalidité, et Incapacité est de 14,00 € et s’ajoute aux mensualités ci-dessus. La mensualité avec assurance est de 280,55 €. Le montant total dû avec assurance est de 16 833,00 €.
  14. Par exemple pour un prêt Auto, Travaux ou Projets Groupama de 3 000 € empruntés sur 12 mois au Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe de 0,95% (taux débiteur annuel fixe de 0,95%), hors assurances facultatives, vous remboursez 12 mensualités de 251,29 €. Montant total dû : 5 015,48 € (15,48 € d'intérêts et sans frais de dossier). Le montant total dû au titre de l'assurance facultative (hors perte d'emploi ou senior) sur la durée du prêt est de 25,20 €, soit un coût mensuel de 2,10 € s'ajoutant à l'échéance de remboursement et un TAEA (Taux Annuel Effectif de l'Assurance) de 1,57 %. Le TAEA intègre le coût des garanties suivantes : décès, perte totale et irréversible d'autonomie, incapacité temporaire totale, invalidité.
  15. Pour un prêt travaux GMF d’un montant total de 12 000 €, sur 60 mois, vous remboursez 60 mensualités de 222,70 € (hors assurance facultative). Montant total dû de 13 362,00 €. Taux Annuel Effectif Global (TAEG) Fixe de 4,40% soit un taux débiteur fixe de 4,314%. Le coût mensuel de l’assurance facultative est de 10,80 € (pour un emprunteur de moins de 70 ans) et s’ajoute aux mensualités ci-dessus. Le Taux Annuel Effectif de l’Assurance est de 2,052%. Le montant total dû au titre de l’assurance est de 648,00 €.
  16. Pour un prêt personnel travaux CSF d’un montant de 9 000 € sur 72 mois, vous remboursez 72 mensualités de 144,08 €, hors assurance facultative. Le montant total dû est de 10 373,76 €. Le Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe est de 4,90%. Le taux débiteur fixe est de 4,793%. Le coût mensuel de l’assurance facultative est de 7,47 € et s’ajoute aux mensualités ci-dessus. Le Taux Annuel Effectif de l'Assurance (TAEA) est de 1,862%. Le montant total dû au titre de l'assurance est de 537,84 €.
  17. Exemple pour un Prêt Jeune Actif Société Générale de 3 000 € sur 36 mois : taux débiteur annuel fixe de 1,97% soit TAEG fixe de 1,99%. Mensualités de 85,89 € (hors assurance DIT facultative). Montant total dû (hors assurance DIT facultative) : 3 092,04 € (avec frais de dossiers offerts). En cas d'adhésion à l'assurance DIT facultative, cotisation de 1,95 € par mois, à ajouter à l'échéance de crédit. Montant total dû au titre de l'assurance DIT facultative : 70,20 € soit un TAEA (taux annuel effectif de l'assurance) de 1,52%, non inclus dans le TAEG du crédit.
Les classements et résultats présents sur ce comparateur de crédit indépendant représentent une sélection de sociétés basée sur des critères objectifs et/ou subjectifs comme le TAEG, le TAEA, la simulation en ligne, les coûts, la durée de l’emprunt, le différé de remboursement, le montant emprunté, l’apport minimum, l'objet du crédit, la modulation des remboursements, les frais de dossier, la domiciliation des revenus, le prix payé pour le référencement, la popularité sur les réseaux sociaux, le remboursement anticipé, la vitesse et la convivialité du site, la qualité du service clients, etc. L'ordre de tri par défaut est la performance de l’offre.

Pour obtenir une proposition personnalisée, n’hésitez pas à remplir une simulation complète. Vous disposez d'un délai de rétractation de 14 jours francs à partir de la date de signature du contrat. Aucun versement de quelque nature que ce soit ne peut être exigé d’un particulier avant l’obtention d’un ou de plusieurs prêts d’argent. Vous devez avoir plus de 18 ans et ne pas figurer au FICP. Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Taux.com meilleur taux

Partagez-nous sur
Taux.com Facebook    Taux.com Twitter    Taux.com LinkedIn    Taux.com Pinterest