Tout savoir sur le compte bancaire


Un compte bancaire est un compte ouvert au nom d'une personne physique ou morale par une banque. Selon le type de compte en banque, il peut servir à recevoir un crédit (virements, versements d'espèces) ou un prélèvement, effectuer un paiement, retirer de l'espèce ou encore épargner. Il est notamment indispensable pour effectuer certaines transactions de la vie de tous les jours, comme recevoir son salaire par virement ou encore faire un chèque. Avoir un compte en banque est également obligatoire pour réaliser un emprunt bancaire.

Le droit au compte bancaire


Qu'est-ce que le droit au compte ?


L'article L. 312-1 du code monétaire et financier atteste le droit à l'ouverture d'un compte de dépôt. Pour en bénéficier, il faut répondre à l'une de ces 3 conditions :
  • être une personne physique ou morale domiciliée en France ;
  • être un étranger et habiter légalement un pays de l'Union européenne ;
  • être un Français domicilié à l'étranger.
La loi ne concerne que les comptes courants. Rien ne peut obliger une banque à accorder l'ouverture d'un compte épargne à un client. Le nouveau compte bancaire doit s'accompagner de plusieurs services de base comme l'utilisation d'une carte bancaire ou le retrait d'espèces.

Un établissement bancaire peut refuser l'ouverture d'un compte, quel qu'il soit et sans justification. C'est à ce moment précis que l'on peut faire jouer son droit au compte bancaire et ainsi trouver une solution à cette situation délicate.

Que faire si la banque refuse d'ouvrir le compte en banque ?


Chaque banque a ses propres exigences et n'est pas tenue d'accepter de nouveaux clients, ou d'accorder l'ouverture d'un nouveau compte. En cas de refus, il y a 2 manières de procéder.

La première, c'est de demander à la banque qui a émis le refus de déposer une demande de droit au compte à la Banque de France. Dans ce cas, il ne reste qu'à attendre la réponse de celle-ci. Si pour une raison ou une autre, cette option n'est pas disponible, il est possible d'aller remplir soi-même la demande dans l'annexe de la BDF la plus proche. L'option la plus simple reste de remplir le formulaire en ligne sur le site de la Banque de France.

La BDF se charge alors de trouver une banque proche du lieu de résidence du demandeur ou de tout autre endroit de son choix. L'établissement désigné dispose de 3 jours ouvrés à partir de la réception des documents exigés pour procéder à l'ouverture du compte.

Quel est le fonctionnement d'un compte bancaire ?


Ouvrir un compte bancaire


Ouvrir un compte bancaire n'est pas une obligation. La raison pour laquelle presque tout le monde en possède un est que l'utilisation d'espèces n'est pas toujours possible dans la vie courante. Il est souvent difficile de réaliser des paiements de plusieurs centaines voire milliers d'euros en liquide, même si la loi le permet parfois, en théorie. De plus, un employeur peut refuser de payer ses salariés en espèce si la somme dépasse 1 500 €.

Qui peut ouvrir un compte bancaire ?


Pour ouvrir un compte en banque, il faut posséder une capacité juridique. N'importe quelle personne morale ou physique est donc apte à en ouvrir un. Parmi les personnes physiques, plusieurs profils peuvent ouvrir un compte :
  • les personnes majeures ;
  • les mineurs émancipés ;
  • les mineurs avec accord des parents (ou tuteur) et la caution de ces derniers.
En réalité, les banques autorisent parfois un mineur de moins de 18 ans à ouvrir un compte en signant seul la convention. C'est notamment envisageable lorsque ce dernier étudie ou travaille loin de son foyer. Dans ce cas, le compte en banque n'est pas autorisé à être débiteur.

En cas d'incapacité juridique partielle ou totale, l'établissement bancaire doit établir les opérations autorisées et les habilitations nécessaires au cas par cas. Il est possible pour une personne majeure sous curatelle ou sous tutelle d'ouvrir un compte. La convention doit alors être signée par le titulaire et son tuteur ou curateur. Selon les cas, le détenteur du compte bancaire peut réaliser des opérations bénignes seul, comme de petits retraits d'espèces, par exemple.

Comment ouvrir un compte en banque ?


Pour ouvrir un compte bancaire, il faut présenter un dossier et fournir plusieurs justificatifs. Voici les papiers que la banque peut exiger :
  • une pièce d'identité valide (carte d'identité, passeport, permis de conduire, titre de séjour) ;
  • un justificatif de domicile récent (moins de 3 mois) ;
  • le modèle de signature de tous les titulaires et du tuteur ou mandataire, s'il y en a un ;
  • un justificatif de revenus ou d'activité économique ;
  • et les 3 derniers relevés bancaires pour un changement de banque.
Le nombre de comptes bancaires autorisé par personne est illimité. Il est donc possible de disposer de comptes dans une ou plusieurs banques. Ouvrir un compte en banque est une opération gratuite, mais un montant obligatoire peut être fixé pour le versement initial.

Fermer un compte bancaire


Le client ferme son compte bancaire


Le titulaire d'un compte peut décider de clôturer ce dernier n'importe quand sans avoir besoin de justifier son geste. Il est recommandé d'envoyer un courrier recommandé à sa banque pour l'informer de cette décision.
Dans le cas d'un changement de banque, il est possible de demander à sa nouvelle banque de se charger de toutes les actions administratives. Ainsi, elle ferme l'ancien compte bancaire, transfère son contenu s'il est créditeur, et informe toutes les personnes et organismes qui virent (employeur, CAF…) ou prélèvent (bailleur, EDF, impôts…) régulièrement sur le compte. Ce procédé s'appelle le service d'aide à la mobilité bancaire et il concerne seulement les comptes de dépôt. Toutes les banques le proposent.

La banque ferme le compte


Une banque est elle aussi libre de fermer un compte bancaire. Elle non plus n'est pas obligée de donner un motif, à part si l'ouverture du compte a été exigée par la Banque de France (droit au compte courant). Contrairement au propriétaire du compte, elle est tenue d'envoyer un préavis par lettre recommandée avant de procéder à la clôture. Le délai entre la réception de la lettre et la fermeture du compte est d'un mois minimum.

Quels sont les différents types de comptes en banque ?


Les comptes individuels et les comptes communs


Le compte individuel


Le compte individuel ou compte unique comporte un seul titulaire. C'est la seule personne à pouvoir effectuer les opérations de paiement et de retraits. Il peut s'agir de n'importe quel type de compte bancaire. Si c'est un compte courant (ou compte à vue), le titulaire peut donner une procuration à une ou plusieurs personnes pour une partie ou la totalité des opérations bancaires. Cependant, il reste seul responsable des mouvements sur le compte en banque.

Le compte joint


Le compte joint est un compte commun à 2 titulaires ou plus, sans obligation de lien de parenté. Chacun des signataires peut utiliser le compte comme bon lui semble, mais ils assument sa responsabilité conjointement. Seules l'ouverture et la fermeture du compte doivent comporter toutes les signatures. Il peut s'agir d'un compte à terme, compte titres, compte courant ou livret d'épargne bancaire. De plus, il est possible de le transformer en compte indivis.

Le compte indivis


Un compte en indivision, ou compte collectif est lui aussi un compte commun. Contrairement au compte joint, il ne propose pas de responsabilité solidaire. Chaque opération bancaire doit être validée par tous les cotitulaires. C'est un compte bancaire souvent utilisé pour la gestion d'une succession, par exemple.

Les comptes épargne


On compte une multitude de comptes épargnes différents selon les établissements bancaires. En règle générale, ils ne donnent pas la possibilité d'être à découvert. En voici quelques exemples.

Le compte titre


C'est un compte qui n'a pas vocation à recevoir des devises (euros, dollars…). On y dépose des titres, comme des actions, des obligations ou des parts de Sicav (Société d'Investissement à Capital Variable). Il ne peut pas être utilisé pour acheter ou vendre, et doit être relié à un compte courant. Le compte titre ne possède pas de plafond, puisque sa valeur est difficilement quantifiable.

Le compte à terme


Le CAT est un compte épargne avec un taux d'intérêt élevé et pour lequel les fonds investis restent bloqués pour une durée prédéfinie. Il en existe plusieurs sortes, comme le CAT à taux progressif ou le CAT à taux fixe.

Les livrets d'épargne


Il existe différents types de livrets avec des conditions d'accessibilité différentes. Le livret A est ouvert à tout public, le livret jeune s'adresse aux 12-25 ans et le livret d'épargne populaire (LEP) est réservé aux personnes à faibles revenus.

Les livrets ont la particularité d'être exonérés de prélèvements sociaux et d'impôt sur le revenu. Les taux d'intérêt des livrets d'épargne sont compris entre 0,75% et 1,25%, et ils présentent l'avantage de la disponibilité totale des fonds.

Le plan d'épargne logement


C'est un compte épargne bloqué qui est destiné à financer la construction, l'achat ou les travaux d'un logement à usage d'habitation principale. Il est tout public, exonéré d'impôt mais sujet aux prélèvements sociaux.

Il a une durée de base de 4 ans et un taux d'intérêt situé entre 1% et 2,50%. À son terme, il peut être reconduit ou servir pour obtenir un prêt immobilier. Dans ce cas, il est possible de recevoir une prime de l'État pour les PEL antérieurs au 1er janvier 2018.

Quelles sont les différentes opérations bancaires ?


Les opérations bancaires réalisées par la banque


Les opérations de crédit


Une opération de crédit se caractérise par la promesse d'un organisme prêteur de mettre à disposition une somme d'argent au profit d'un client. Le déblocage des fonds se fait ensuite en échange d'une rémunération (taux d'intérêt). Ces créances regroupent les crédits-bails, les locations avec option d'achat, les découverts bancaires et les prêts bancaires.

La réception de fonds publics


C'est la capacité d'une banque à recevoir des sommes d'argent d'un tiers sous la forme d'un dépôt. Elle peut en disposer comme elle le souhaite, mais est tenue d'en restituer le montant à n'importe quel moment, sur simple demande de son propriétaire.

C'est le cas du compte courant, par exemple. En échange de services bancaires, on autorise la banque à investir avec son argent, tant qu'elle est capable de le rendre lorsqu'on effectue un retrait.

Les différents moyens de paiement


Les virements


Il s'agit d'un ordre de débit sur son compte bancaire au profit d'un autre compte. Une fois qu'il est reçu, la banque fait le nécessaire pour transférer l'argent d'un compte à l'autre. Le compte crédité peut appartenir à la même personne, ou à une personne tierce.

Ces paiements peuvent prendre plusieurs jours ouvrés selon qu'il s'agit de virements vers une autre banque, ou même d'un virement international.

Les prélèvements


Un prélèvement peut être autorisé à l'unité, ou bien de manière répétitive, comme pour le paiement d'un loyer mensuel. Un mandataire signe une autorisation de prélèvement SEPA dans laquelle il renseigne ses coordonnées bancaires (BIC, IBAN) ainsi que le bénéficiaire. Un prélèvement n'a pas de plafond ou de date d'expiration.

La carte bancaire

Carte de débit
Une carte de débit est reliée directement au compte bancaire de son propriétaire. Il s'agit du moyen de paiement le plus commun avec le règlement en espèces. Différentes cartes de débit existent : les cartes à débit immédiat, les cartes à débit différé ou encore les cartes à autorisation automatique. Les plus connues sont Visa et Mastercard.
Carte de crédit
Elle n'est pas liée au compte courant, mais dispose d'une réserve qu'on peut réapprovisionner comme on le souhaite. Elle peut être délivrée par une banque ou une société de crédit, mais aussi par de nombreuses enseignes. Les cartes prépayées et certaines cartes de fidélité sont également des cartes de crédit.

Le chèque


Les chèques sont comparables aux virements bancaires, sauf que l'ordre de paiement se fait à l'écrit. Pour l'encaisser, le bénéficiaire doit le déposer à sa propre banque. L'avantage de ce type de règlement est qu'il engage le propriétaire du chéquier, mais que celui qui le reçoit peut l'encaisser n'importe quand pendant 1 an et 8 jours. Il est très utilisé pour servir de caution en cas de location, par exemple.

L'opposition


Le titulaire d'un compte bancaire peut faire opposition à une carte bleue ou à un chèque, dans le cas d'une perte ou d'un vol. Il s'agit dans ce cas de bloquer définitivement ce moyen de paiement. De plus, il est possible de faire opposition à des virements ou à des prélèvements, notamment lorsqu'une opération est frauduleuse. Il faut dans ce cas prévenir sa banque le plus tôt possible. Si celle-ci refuse, il est possible de faire appel à un médiateur bancaire ou de saisir la justice.

Quels sont les services liés à un compte bancaire ?


Les services bancaires de base


Les services de base sont des prestations gratuites auxquelles tout le monde peut prétendre. Ce sont ces mêmes services qui sont offerts lors de l'ouverture d'un compte bancaire avec le droit au compte. En voici la liste :
  • ouvrir et fermer le compte ;
  • domicilier un virement ;
  • changer d'adresse 1 fois par an ;
  • recevoir un relevé mensuel des opérations du compte bancaire ;
  • faire des opérations de caisse ;
  • payer par virement, prélèvement SEPA ou titre interbancaire ;
  • consulter son compte courant à distance (DAB, internet, téléphone) ;
  • disposer de 2 formules de chèque de banque par mois (ou équivalent) ;
  • recevoir un chèque ou un virement ;
  • faire un retrait ou déposer de l'argent à un distributeur automatique (DAB) ou au guichet de l'agence ;
  • posséder une carte bancaire et l'utiliser ;
  • recevoir un relevé d'identité bancaire (RIB).

Les services traditionnels


En plus des services bancaires de base, il en existe d'autres qui ont presque toujours été proposés par les banques. On peut penser aux opérations de change, par exemple. La plupart des établissements bancaires proposent d'acheter et de vendre des devises à des taux de change variés.

Traditionnellement, les banques proposaient la location d'un coffre-fort, dans lequel on pouvait déposer ses économies ou ses possessions les plus précieuses. Ce service existe toujours, et le contrat de location a une durée reconductible de 1 an. D'autre part, l'avance des nouvelles technologies a poussé les banques à offrir la possibilité de louer un coffre virtuel. Il s'agit alors d'y déposer des documents électroniques dans une base de données sécurisée.

La gestion en ligne du compte bancaire


La démocratisation d'internet a permis aux banques d'investir l'espace numérique en dématérialisant la gestion du compte bancaire ainsi que la plupart de leurs prestations. En se connectant à son espace personnel, un client peut ainsi accéder à son compte, télécharger ses relevés mensuels ou encore effectuer une opération bancaire.

En plus de leurs sites internet, toutes les banques ont aujourd'hui une application mobile. Cela permet de faciliter encore plus la gestion à distance de son compte bancaire. Les banques mobiles sont d'ailleurs uniquement accessibles via ces applications.

Les services d'assurance


Une assurance est presque toujours incluse dans la convention de compte, mais ses garanties dépendent du type de compte en banque ouvert, du type de carte bleue (Gold, Visa), etc. Une banque est toujours couverte par son propre assureur en cas d'utilisation frauduleuse, de vol ou de perte d'un moyen de paiement. Dans ces situations, le client peut se faire rembourser les montants volés avant qu'il ne fasse opposition. Les conditions et les plafonds de ce service dépendent de chaque banque.

Beaucoup de cartes bancaires (Visa Infinite, Mastercard Platinum) incluent aussi une assurance. On peut disposer de garanties lors des voyages et déplacements, par exemple. En cas de retard, d'annulation ou de pertes de bagages, il est possible de se faire rembourser une partie de ses dépenses ou du préjudice. La condition principale est d'avoir effectué le paiement du billet d'avion ou de train avec cette même carte.

D'autres garanties vont plus loin et permettent une assistance 24h/24 dans n'importe quel pays. Elles peuvent couvrir toutes sortes de frais médicaux et même le rapatriement du détenteur de la carte bancaire.

La convention de compte, c'est quoi ?


Il s'agit du document qui définit le fonctionnement d'un compte bancaire, les tarifs liés à ses différentes options et les droits et les devoirs du client et de la banque. C'est la signature des 2 parties qui marque l'ouverture d'un compte bancaire.

Les informations générales


Un certain nombre d'informations doivent être renseignées obligatoirement pour valider la convention de compte. Cela comprend :
  • les possibilités pour rompre ou modifier la convention ;
  • la durée de la convention bancaire ;
  • l'utilisation du compte en cas de décès du titulaire ;
  • les conditions de mise en place d'une procuration ;
  • l'offre bancaire à laquelle adhère le client (prestations spécifiques et tarifs appliqués) ;
  • les moyens de négociation en cas de litige ;
  • les moyens de communication utilisés entre le titulaire et la banque.

Les différents moyens de paiement et leurs conditions d'utilisation


On retrouve également dans la convention de compte la liste de tous les moyens de paiement disponibles sur le compte bancaire : prélèvement SEPA, carte bleue, etc. C'est donc ici que l'on précise si le titulaire va disposer d'un chéquier ou pas.

Pour chaque moyen de paiement, on va décider de conditions et d'éventuelles limitations des dépenses. On peut citer par exemple le plafond de retrait ou le plafond de paiement, qui sont définis par semaine et par mois. La convention va également définir les exigences en matière de sécurité liées à l'utilisation de ces services et les procédures en cas d'incidents de paiement. Les rejets de prélèvements et autres erreurs possibles lors d'une opération bancaire peuvent entraîner des remboursements ou des frais supplémentaires.

Enfin, on va fixer le montant des frais pour chaque opération bancaire. Bien que la plupart des moyens de paiement soient accessibles gratuitement, la majorité des clients opte pour une offre payante. Par exemple, une carte de débit Visa Premier coûte autour de 125 € par an.

La gestion des découverts


L'autorisation ou non d'un découvert est une information indispensable dans la convention de compte. On décide alors conjointement des différentes conditions tarifaires en cas de découvert autorisé, mais aussi des sanctions possibles en cas de découvert non autorisé. Les moyens utilisés par la banque pour gérer un découvert peuvent être :
  • le blocage du compte bancaire ou d'un moyen de paiement ;
  • la perception d'agios ;
  • le remboursement de la dette en se servant sur un autre compte du même titulaire.

Quels sont les différents frais bancaires ?


Selon le type de compte bancaire, les prestations choisies et la banque en question, les titulaires peuvent être confrontés à plusieurs sortes de frais.

Les frais classiques


Tout d'abord, il y a ce qu'on appelle les frais de tenue de compte. Toutes les banques classiques facturent ces frais censés couvrir la gestion du compte annuelle. Il faut compter en moyenne 20 € par an. On peut essayer de les contester si on les juge trop élevés, en contactant directement la banque ou en se faisant aider par une association de consommateurs.

Ensuite, il y a les différentes cotisations et les coûts en fonction des opérations bancaires du titulaire. Le retrait au distributeur d'une banque concurrente est facturé aux alentours de 1 € si on dépasse le nombre de retraits autorisés par mois. Le virement SEPA instantané, une option disponible dans certaines banques depuis 2018, coûte environ 1 € par opération. Autre exemple : le service e-carte bleue a un prix annuel de 12 ou 13 € selon la banque. Il peut aussi être inclus comme pour les détenteurs d'une Visa Infinite chez la Société Générale.

Enfin, il y a les frais de cotisation pour les assurances contre la perte ou le vol d'un moyen de paiement et les diverses garanties choisies par le client. Il est important de noter qu'il est possible d'éviter un grand nombre de frais, comme les frais de tenue de compte. La solution principale est de choisir une banque qui ne les pratique pas, comme une banque en ligne ou une néobanque (banque mobile). Ces établissements proposent aussi très souvent une carte Visa ou Mastercard gratuite. Avant d'ouvrir un compte bancaire, il est conseillé d'utiliser un comparateur de banque en ligne pour trouver l'offre qui convient le mieux à son profil.

Les frais dus aux incidents de paiement et aux irrégularités


Selon les termes des conventions de compte et la situation des titulaires (personne surendettée, etc.), les frais dus aux incidents de paiement peuvent varier. Dès qu'on est en situation irrégulière, il faut la régulariser le plus tôt possible. Une situation qui s'éternise peut se transformer en procès civil et en interdit bancaire de 5 ans.

Découvert non autorisé


Les frais que la banque peut exiger en cas de découvert sont plafonnés en fonction du profil du titulaire. Pour la majorité d'entre eux, le montant maximum est de 8 € par opération ou de 80 € par mois. Cependant, pour les clients en situation de fragilité financière, cette somme ne peut pas dépasser 25 € par mois.

Rejet d'un chèque


Dans le cas du rejet d'un chèque sans provision, le prix à payer dépend du montant de celui-ci. S'il est inférieur à 50 €, on paye en général 30 €. Pour les chèques supérieurs à 50 €, le prix maximum est de 50 € lui aussi. Enfin, pour les titulaires qui bénéficient d'une offre "client fragile", le montant ne peut pas dépasser 20 € par mois et 200 € par an.

Rejet d'un prélèvement ou virement


Dans ce cas, les frais sont plafonnés à 20 € et ne peuvent pas dépasser le montant de la transaction rejetée.

En cas de litige


En France, si un désaccord oppose un client à sa banque, plusieurs actions sont possibles :
  • essayer de régler le litige à l'amiable ;
  • contacter le médiateur bancaire désigné par la convention de compte (délai d'un an) ;
  • contacter une association de consommateurs ;
  • saisir la justice.
Pour cette dernière option, il est possible d'utiliser une procédure simplifiée si la somme est inférieure à 4 000 € : la déclaration au greffe. Si le montant est supérieur à 10 000 €, l'assignation se fait au tribunal de grande instance, et il est obligatoire d'engager un avocat.

Quels sont les différents types de crédits bancaires ?


Les prêts affectés


Le prêt affecté est un type de prêt dont le montant ne peut être utilisé que pour une utilisation précise. Il forme une opération unique avec le contrat de vente qu'il finance (achat d'une voiture, travaux de rénovation…). Le paiement des mensualités commence dès l'acquisition du service ou du produit.

Le prêt travaux


Le crédit travaux permet de financer la réalisation de travaux dans son domicile principal ou dans une propriété secondaire. Il est aussi possible de l'utiliser dans le cadre d'une location. N'importe quel type de travaux est autorisé, tant que l'emprunteur dispose de justificatifs adéquats au moment de la demande de prêt.

Le crédit auto/moto


Ce crédit à la consommation est uniquement destiné à l'achat d'un nouveau véhicule. Il faut impérativement connaître le modèle que l'on souhaite acheter avant de réaliser la demande de crédit.

Le prêt immobilier


Le crédit immobilier peut servir à couvrir plusieurs types de dépenses :
  • l'achat ou souscription d'actions ou de parts qui ont pour but une attribution en propriété d'un bien immobilier ;
  • la construction d'un local immobilier ;
  • l'achat d'un terrain ou d'un local immobilier ;
  • l'acquisition en jouissance ou en propriété d'un local immobilier.
En plus de son objectif principal, le prêt immobilier peut aussi être utilisé pour rembourser les dépenses de travaux liées à l'acquisition du bien. Le logement doit obligatoirement être à usage d'habitation, mais peut aussi avoir un autre usage (professionnel, par exemple).

Les prêts non affectés


Contrairement aux prêts affectés, le crédit non affecté peut financer tout type de dépenses, sans nécessiter aucune justification. Aussi appelé prêt personnel, il nécessite les mêmes garanties de solvabilité que les autres crédits. Il est plus accessible que ses concurrents, mais son taux d'intérêt, ou TAEG, est en général plus élevé.

Le crédit renouvelable


Aussi appelé crédit revolving ou crédit permanent, il s'agit d'un type de prêt personnel un peu particulier. L'organisme prêteur peut être une banque ou tout type de commerce. Souvent associé à l'utilisation d'une carte de crédit, son fonctionnement est simple. On met une réserve d'argent à disposition de l'emprunteur, dont il peut se servir comme il le souhaite. Il n'a pas de date butoir et peut rembourser l'emprunt à son rythme. Ce prêt est appelé crédit renouvelable, car il est possible de réemprunter après s'être acquitté de sa dette, sans avoir à refaire de contrat.

Il n'est pas obligatoire de souscrire à une assurance pour la plupart des crédits et prêts bancaires. Il est pourtant conseillé de le faire, surtout lorsque de fortes sommes sont concernées. Utiliser un simulateur de crédit en ligne est un bon moyen pour trouver le meilleur crédit en fonction de son projet personnel. Il existe aussi des simulateurs d'assurance emprunteur qui permettent de trouver une offre adaptée à son profil plus rapidement.

Quels sont les différents types de banques ?


Les banques commerciales


Les banques commerciales travaillent majoritairement avec les particuliers, les entreprises et les collectivités publiques. Elles collectent des fonds, notamment au moyen de l'ouverture d'un compte bancaire par ses clients. Ces derniers disposent alors de prestations bancaires et de moyens de paiement jusqu'à la clôture de leur compte, comme la mise à disposition d'une carte Visa.
Elles proposent également aux titulaires de ces comptes une offre de crédits variée. Concrètement, il s'agit des agences les plus connues du public comme Boursorama, LCL ou encore BNP Paribas. À noter : en France, l'État garantit les dépôts des titulaires d'un compte.

Les banques d'affaires


Les corporate bank travaillent uniquement avec des entreprises. Ce sont des conseillers financiers et juridiques qui aident les grands groupes à gérer leur capital. Elles sont également consultées pour les projets de fusions ou d'acquisition. Beaucoup de banques commerciales disposent d'un département spécialisé qui fonctionne comme une banque d'affaires.

Les banques d'investissement


Les banques d'investissement, ou investment bank en anglais, se concentrent sur les activités liées aux marchés financiers. Elles génèrent des profits en spéculant en Bourse, c'est-à-dire en achetant et en vendant des actions ou des obligations. Il arrive aussi qu'elles proposent des opérations de change ou qu'elles gèrent les levées de fonds d'entreprises qui viennent d'entrer en Bourse. Comme pour les banques d'affaires, il peut s'agir du département d'un établissement plus classique. D'ailleurs, de nombreuses banques proposent les 2 services. C'est le cas de la Société Générale, par exemple.

Les banques centrales


Il s'agit du premier acteur monétaire d'un pays ou d'une zone monétaire comme la zone euro. La Banque de France et la Banque centrale européenne en sont des exemples. C'est en quelque sorte une police des banques et des marchés financiers. Le rôle principal d'une banque centrale est d'appliquer la politique monétaire et faire respecter la législation. Elle est responsable de :
  • créer la monnaie
  • superviser les acteurs financiers ;
  • prêter de l'argent en cas de crise financière grave.
Lorsqu'elle accepte de prêter des devises, elle fixe le taux d'intérêt auquel les organismes financiers et les États peuvent lui emprunter. Ce taux est donc indirectement responsable des taux de crédits à la consommation et autres prêts proposés au public. Presque tous les pays du monde confient leur économie à une banque centrale.

Quelle est la meilleure banque pour ouvrir un compte bancaire ?


Déterminer dans quelle banque ouvrir un compte bancaire n'est pas une mince affaire. Chaque type de banque a des avantages et des inconvénients. Savoir quel type de compte bancaire on souhaite ouvrir (compte joint, compte à terme), les services qui nous intéressent et notre besoin de crédit sont un bon point de départ. Ensuite, on peut se pencher sur les spécificités de chacune d'entre elles.

Les banques classiques


Ce sont tout simplement les banques disposant d'une agence physique, comme le Crédit Mutuel ou la Caisse d'Épargne. En France, une majorité de clients restent fidèles à ces banques traditionnelles qui disposent d'une notoriété historique. Elles ont en général des frais de fonctionnement plus élevés que leurs concurrentes en ligne et sur mobile. La raison principale est qu'elles disposent de plus d'employés et qu'elles sont elles-mêmes sujettes à plus de frais.

Elles ont cependant des avantages, comme le fait de pouvoir déposer de l'argent ou des chèques directement en agence. Bien que les banques en ligne proposent de parler à un conseiller via une messagerie instantanée, cela ne remplace pas le contact humain. Il est parfois plus agréable de prendre rendez-vous avec son conseiller attitré pour parler de sa situation. Ces banques ont aussi l'avantage d'être ouvertes aux professionnels, ce qui n'est pas toujours le cas des autres.

Les banques en ligne et les banques mobiles


Boursorama, Monabanq ou encore N26, les banques mobiles et en ligne séduisent un autre type de clientèle. Leur principal succès vient de leurs tarifs beaucoup moins élevés que l'offre traditionnelle. La plupart d'entre elles proposent une tenue de compte gratuite, et leurs frais sont jusqu'à 5 fois inférieurs à ceux d'une banque classique.

Si ouvrir un compte bancaire est gratuit, ces néobanques demandent pour certaines de justifier d'un revenu mensuel minimum, comme Boursorama (1 000 €). D'autres n'exigent aucune preuve de ses gains, comme Orange Bank. Un défaut qu'on retrouve parfois chez ce type d'établissement bancaire, ce sont des commissions élevées pour les opérations à l'étranger. Cependant, certaines banques se sont spécialisées dans une offre de mobilité internationale et défient toute concurrence, comme Revolut ou N26.

Enfin, les banques mobiles ont un statut juridique différent des banques traditionnelles et en ligne. Ce sont avant tout des établissements de paiement qui ne sont pas autorisés à proposer des crédits à leurs clients.

L'utilité d'un comparateur de banque en ligne


Les comparateurs en lignes connaissent un grand succès sur internet. Ils permettent d'évaluer l'offre d'entreprises concurrentielles sans quitter son domicile, le tout de manière totalement gratuite. Se servir d'un comparateur de banque en ligne est le premier réflexe à avoir lorsqu'on veut changer de banque. Prendre le temps de faire plusieurs simulations d'offres à distance, c'est l'assurance de clôturer son ancien compte le cœur léger, et d'être sûr de soi le jour de la signature de son nouveau contrat.

Il n'existe pas une seule meilleure banque de France. Par contre, il est possible de trouver la plus adaptée à ses besoins. Certains souhaitent ouvrir un compte bancaire joint avec le moins de frais possible. D'autres veulent absolument détenir une carte Visa Premier ou encore avoir accès aux virements instantanés. Utiliser un comparatif de banques en ligne est le meilleur moyen de faire le tri rapidement et d'éviter des recherches laborieuses.

Alors, que retenir de ce dossier dédié aux comptes bancaires ? Il existe un type de compte adapté à toutes les situations : professionnels ou particuliers trouveront ainsi le compte et la carte associée qui lui correspondent. Les offres se multiplient, proposant chacune des prestations aux tarifs variables, qui permettent de faire un choix éclairé, qui peut facilement être aiguillé grâce à un comparateur en ligne. Des différents services aux prêts accessibles, à vous de définir le type de compte bancaire qu'il vous faut !

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Taux.com meilleur taux

Partagez-nous sur
Taux.com Facebook    Taux.com Twitter    Taux.com LinkedIn    Taux.com Pinterest